Société

Affaire relative à la commande des produits pétroliers : Les vérités du Ministre Bawara qui mettent mal à l’aise…

Publié le mardi 2 février 2021, par Lemessager-actu

Dans notre dernière parution, nous évoquions cette affaire de pétrole, que certains togolais ont appelé « pétrolegate », et qui a fait grand bruit, fin premier semestre et le début du second de l’année écoulée, impliquant le Comité de Suivi des Fluctuations des Prix des Produits Pétroliers (CSFPPP) d’avant et la famille Adjakly.

Notre dernière parution reprenait ainsi les termes du ministre de la fonction publique, du Travail et du Dialogue social, Gilbert Bawara.

« Quand c’est trop grossier, ça devient insignifiant. Moi je sais que l’Etat n’est pas chargé en tant que tel de la commande des produits pétroliers  » laissait entendre le Bawaraministre , tout en impliquant le rôle actif et fort que l’Etat joue dans le processus de commande des produits pétroliers au Togo.

Poursuivant son développement dans ce dossier, le ministre Bawara, fait cette déclaration : « Il n’y a rien de plus faux ».

Voilà, la phrase qui disait tout haut, qu’il pourrait s’agir d’un mensonge orchestré dans ce dossier. Gilbert Bawara qui relevait la stratégie que représentent les produits pétroliers au Togo, indiquait en outre, le pourquoi, l’Etat devrait s’impliquer dans la régulation des prix.

« Il s’agit d’un produit stratégique  » disait le ministre Bawara, qui rappelait qu’ il est arrivé que le pays ait été confronté à des pénuries de produits pétroliers, à Lomé et sur le territoire national. D’où l’importance de réguler les prix des produits pétroliers, parce que touchant à la consommation du grand public.

Le ministre Bawara avait durant l’émission tenu à faire un autre éclaircissement important et qui devrait ouvrir les yeux des togolais, surtout ceux qui sont encore dans le doute, que ce dossier sent un drôle de montage.

« …si vous examinez le budget de l’Etat, vous ne verrez aucune ligne budgétaire consacrée à l’achat des produits pétroliers. Alors quand on produit un article en donnant le sentiment que l’Etat utilise les deniers publics pour acheter les produits pétroliers et qu’il aurait des détournements, de ce fait, je dis, il n’y a rien de plus faux  », fait savoir Gilbert Bawara.

Peu à peu et avec beaucoup de discernement, les togolais pourront percevoir, la vérité éclater dans ce dossier, surtout qu’il est actuellement pendant devant la justice. Mais ce qui étonne plus d’un togolais, c’est le mutisme dans lequel s’est retrouvé, l’actuel président du CSFPPP, l’actuel ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation Locale, Kodjo Adézdé. Beaucoup ne comprennent pas le fait que le ministre qui fait partie des premiers responsables qui ont commandité l’audit, ce soit retranché dans ce silence. La sortie de son collègue de la fonction publique l’aurait-il mis mal à l’aise ? Ou se serait-il rendu compte d’une erreur, à lui commise, dans son engagement dans le dossier ? Autant de questions qui ne laissent indifférents les observateurs les plus avertis.

Au demeurant, après ces déclarations du ministre de la fonction publique, il est claire, que le Gouvernement togolais n’importe pas les produits pétroliers, et donc qu’il ne les achète pas. Ensuite, aucune ligne budgétaire n’est prévue pour l’achat desdits produits pétroliers. Ce qui conduit à déduire qu’il ne peut y avoir détournement de fonds publics. Le problème pourrait être ailleurs et qu’il faille chercher.

D’ailleurs, le ministre Bawara, toujours sur new worldTV n’avait-il pas laissé entendre qu’il pouvait naturellement avoir parfois des disfonctionnements et des insuffisances et que des réformes et mesures adéquates sont en cours pour remédier aux disfonctionnements et aux faiblesses, ou aux insuffisances qui ont pu être constatés ?

L’autre aspect de ce dossier qui continue d’étonner plus d’un, est la recommandation de la commission d’audit mise en place. Depuis quand, une commission d’audit fait des recommandations en termes d’injonctions demandant une révocation des personnes qu’on soupçonne, d’avoir fait une faute grave ? Ceci n’a jamais existé. Les auditeurs pondent leur rapport sur la base de leurs enquêtes, quittent à ceux qui ont commandité l’audit de prendre les dispositions. Un fait qui amène certains observateurs à se demander, sur les réelles motivations de cette commission d’audit ? Avait-il des mains noires pour salir certaines personnes ou mettre à prix les têtes de ces dernières, lorsqu’on sait que ceux qui peuvent demander un tel audit ne peuvent être que le comité des présidents, composé des ministres du Commerce Kodjo Adézé (Président du CSFPPP) et des Finances, Sani Yaya(Vice-président du CSFPPP).

Pour rappel, les auditeurs provenaient de l’Inspection Générale des Finances (IGF) et de la Direction Générale du Trésor et de la Comptabilité Publique (DGTCP), deux services qui sont sous l’autorité du Ministre de l’économie et des finances.

Retour sur certains aspects importants dans la commande des produits pétroliers au Togo

La commande des produits pétroliers au Togo obéit à certaines règles qui méritent d’être cernées.
-  C’est le CSFPPP qui procède à la commande des produits pétroliers au Togo. c’est ce qu’a d’ailleurs relevé le rapport d’audit.
-  Le CSFPPP ne procède pas à la réception des produits pétroliers comme l’a affirmé les auditeurs dans leur rapport. C’est plutôt, la STSL qui procède à la réception des produits pétroliers. Et il suffit de lire attentivement l’ensemble des documents relatifs aux appels d’offres pour le savoir.

-  Le CSFPPP ne procède à la facturation des produits aux marketers comme l’ont dit les auditeurs. Les produits sont facturés par les fournisseurs, par l’intermédiaire des sociétés d’intermédiation qui sont leur mandataire à cet effet….
-  Le CSFPPP est un comité dépourvu de personnalité juridique et de patrimoine. Il n’émet pas de factures. Par ailleurs, l’Etat ne facture pas les marketers.

-  Le CSFPPP ne procède non plus à la livraison des produits aux marketers. Les fournisseurs envoient à la STSL des autorisations de relâche, sur la base desquelles les marketers peuvent aller prendre livraison des produits auprès de la STSL. C’est la STSL et la STE qui procèdent à la livraison des produits aux marketers.
Somme toute, le ministre Bawara a éclairé la lanterne des togolais pour ce qui concerne la commande des produits pétroliers au Togo avec sa sortie.
LM