Société

Commerce et écoulement des produits locaux au Togo : Les grands travaux annoncés pour faciliter l’accès aux marchés

Publié le mercredi 24 juin 2020, par Lemessager-actu


La construction, la réhabilitation et la modernisation des infrastructures routières font partie intégrante des nouveaux objectifs quinquennaux de développement au Togo. Ces grands travaux annoncés en début d’année 2020, ajoutés à d’autres réalisations préexistantes et non moins importantes, contribueront à renforcer l’accès aux marchés, à favoriser le commerce et à fluidifier l’écoulement des produits locaux.

Le Togo poursuivra le développement du corridor par la construction de l’autoroute de l’unité (Lomé-Cinkassé) et la modernisation de la voie Avépozo-Aného incluant la protection des côtes maritimes togolaises, soumises à l’érosion. Cette voie est longue de 30 km et constitue le maillon marquant de la partie togolaise du corridor Abidjan-Lagos, long de 1035 km. Les travaux coûteront 96,543 milliards de francs CFA et consisteront à la réhabilitation, la modernisation et l’élargissement de la route en 2x2 voies de plateforme qui passe de 10 m à 24 m soit une largeur de 2x7m ; une bande d’arrêt d’urgence de 2x2 m ; des trottoirs de 2x2 m et d’un terre-plein de 2 m.

Résultats escomptés

Des ouvrages de protection de la côte seront réalisés, des travaux d’aménagements connexes comme les terrassements généraux, la construction de la chaussée et son élargissement, la construction des ouvrages d’arts et de drainage, l’aménagement de la signalisation, de l’éclairage public et la mise en œuvre des mesures environnementales et sociales. A terme, le projet renforcera l’intégration régionale, la croissance des échanges intra régionaux. Il améliorera le niveau de services du corridor, fluidifiera le trafic, réduira le temps de parcours des personnes, des biens et le coût du transport, renforcera la résilience climatique des infrastructures soumises à l’érosion côtière etc.

Autres chantiers

Il est prévu la construction d’une plateforme multi-services à Adakpamé et d’un port sec à Cinkassé pour décongestionner le port autonome de Lomé. Le pays poursuivra la construction des voies transversales pour faciliter l’accès des acteurs économiques, notamment ruraux aux marchés comme Lomé-Vogan, Lomé-Kpalimé, Notsè-Agou, Aouda-Kara, Sarakawa-Kantè ; le contournement de Sokodé ; la construction et la réhabilitation des voiries urbaines (Tsévié, Kpalimé, Atakpamé, Sokodé, Bassar, Mango).
En outre, le Togo simplifiera les mécanismes ainsi que les procédures d’entretien et de construction des pistes rurales, des voies de désenclavement et de desserte des zones de production avec pour objectif, la construction de 4000 km de pistes rurales.

D’un autre côté, tout sera mis en place pour poursuivre l’amélioration des capacités logistiques, que ce soit au port ou à l’aéroport en dotant ces sites d’équipements frigorifiques performants pour l’exportation des produits agricoles. Aussi, la réforme de la gouvernance portuaire est dans les petits papiers des pouvoirs publics. Cela permettra à l’économie portuaire d’être davantage au service des clients.

Près de 1000 milliards de francs CFA seront déboursés pour le développement des infrastructures routières. De 2006 à ce jour, c’est la même somme qui a été dépensée pour le même objectif. Ce qui a amélioré l’état des infrastructures routières et l’économie nationale par la même occasion.