Politique

Crise politique : Agboyibo déçu de la réunion du comité de suivi des recommandations de la CEDEAO, Adjamagbo s’en remet aux facilitateurs

Publié le mercredi 12 septembre 2018, par Lemessager-actu

La première réunion du comité de suivi dans la mise en œuvre de la feuille de route de la CEDEAO s’est achevée hier avec des appréciations diverses. Si le ministre de la Fonction Publique, porte parole du gouvernement parle d’une réunion de d’évaluation de la mise en œuvre des recommandations du 31 juillet dernier, du côté de l’opposition notamment la C14, l’on s’attendait à une rencontre qui devrait statuer sur le problème de la Commission Electorale Nationale Indépendante(CENI).
Pour la coalition qui ne veut plus voir l’actuel président à la tête de l’institution, la CENI doit être recomposée. Alors que la feuille de route de la cedeao parle plutôt d’un renforcement de l’institution. D’ailleurs, à ce sujet, des experts sont attendus à partir du 17 septembre prochain à Lomé en vue d’assister la CENI.

Ainsi, elle (la coalition) espérait à cette rencontre que le comité demande à la CENI l’arrêt des travaux de préparation des élections.

Même si la question a été posée, elle n’a pas trouvée de réponse. D’où la déception de Me Agboyibo, président du comité d’Action pour le Renouveau(CAR), parti membre de la coalition.

Le leader du CAR qui dit avoir constaté tout au long des travaux que le comité a tourné autour du pot, pense qu’il n’y a pas de volonté réelle d’aller sur ce terrain.
« C’est ça qui m’a mis pratiquement en état d’indignation, je dirai même de révolte  », a déclaré le président national du Comité d’Action pour le Renouveau, membre de la coalition.

La coordinatrice de la C14, Brigitte-Kafui Adjamagbo, n’a pas voulu pour sa part, faire ressortir cette déception. Elle a laissé entendre que la coalition s’en remettait aux facilitateurs que ce sont les présidents Alpha Condé de la Guinée et Nana Akufo-Ado du Ghana.

Selon le représentant du président Alpha Condé, M. Tibou Camara, compté rendu sera fait aux deux facilitateurs qui présenteront sûrement les préoccupations à leur homologue togolais Faure Gnassingbé pour qu’une décision soit prise.