Société

Eau et assainissement : La 84ème réunion du Conseil Scientifique et Technique de l’AAE a ouvert ses travaux ce jour à Lomé

Publié le lundi 27 juillet 2020, par Lemessager-actu

La 84ème réunion du Conseil Scientifique et Technique(CST) de l’Association Africaine de l’Eau prévue du 27 au 29 juillet sous le parrainage de la Togolaise des Eaux (Tde) a démarré ses travaux ce lundi par visioconférence. Placée sous le thème « Mécanisme de maintien de la qualité des services d’eau et d’assainissement en Afrique et résilience en période de crise sanitaire », la rencontre permettra, à travers plusieurs panels de hauts niveaux, de poser la question de l’approvisionnement en eau potable pour les populations en période de crise, et les voies et moyens pour atteindre les objectifs que les Etats se sont fixés. La conférence se penchera également sur le rapport du congrès de l’AAE de Kampala 2020, et du CST relatif au mandat 2018-2020.

Ouvrant les travaux, le directeur général de la TDE, Gbati Yawanke WAKE, a, dans son discours de circonstance relevé la pertinence de la thématique de la rencontre.
« Le thème du présent CST est bien adapté aux circonstances de la crise sanitaire que nous traversons dans nos pays respectifs où l’eau potable est la denrée indispensable pour le lavage des mains, le geste barrière fondamental pour la riposte contre la pandémie liée à la Covid-19 », a laissé entendre le directeur général de la TDE.

Pour lui, durant le temps de la gestion de la pandémie du coronavirus, il y a 5 ou 6 mois déjà, les Etats membres de l’AAE ont mis en œuvre des stratégies qui constituent aujourd’hui des expériences acquises pour gérer cette situation de crise sanitaire, surtout dans le maintien de la qualité des services d’eau et d’assainissement.
« Le présent CST est le cadre idéal de partage des mécanismes desdites expériences pour assurer la résilience en période sanitaire sur le continent  », a –t-il ajouté.

Le Président du CST, Dr Papa Samba Diop et le directeur exécutif de l’AAE Sylvain USHER ont salué les participants pour l’effort que chacun a eu à déployer pour la réussite de la rencontre. Pour eux, l’occasion s’y prête pour que les sujets qui seront évoqués durant la rencontre, puissent trouver des approches de solutions pour le bien être des populations des Etats membres de l’AAE.

Le premier panel qui a tourné autour du thème « Mécanismes et maintien de la qualité des services d’eau et d’assainissement en Afrique et résilience en période de crise sanitaire » a vu les interventions de plusieurs panélistes tels M. Ednick Mswell, directeur de l’eau et de l’assainissement à la municipalité d’eThekwini(Durban), M. Dhesigen Naidoo, directeur général du WRC, Mme Sylvia Tumuhairwe directeur financier et stratégie National Water and Sewerage Coorporation, et Gbati Yawanké Waké, directeur général de la TDE. Ce panel avait pour modérateur M. Fadel NDAW, expert Eau et Assainissement à la Banque Mondiale.

Pour M. Yawanké Waké, les leçons apprises de la situation de la crise sanitaire pour le futur sont entre autres, la gestion des approvisionnements des stocks, la promotion des techniques de l’information et de la communication. Selon lui, l’investissement dans les Tics doit être fortement recommandé pour prévenir les crises sanitaires. Même recommandation pour les autres intervenants qui ont aussi vu en des Tics, des moyens qui ont aidé efficacement à la gestion de la crise sanitaire que le monde connait en ce moment.

Divers échanges ont permis d’évaluer ce qui a été fait en lien avec ce premier panel.

La rencontre se poursuit demain avec d’autres panels qui feront également objet de débats.

Pour rappel, l’Association Africaine de l’Eau (AAE) est une plate-forme continentale de gestion des connaissances du secteur de l’eau, de l’hygiène et de l’assainissement. elle rassemble les entreprises de production et de distribution d’eau potable, les entreprises de gestion de services d’assainissement, ainsi que les organismes de réglementation du secteur de l’eau et des politiques sectorielles de l’assainissement dans les pays africains en vue d’un partage de connaissance et des meilleures pratiques.
Germain Doubidji