Société

Économie bleue : Un sommet de haut niveau se tient au Kenya

Publié le mercredi 28 novembre 2018, par Lemessager-actu

Le président kényan Uhuru Kenyatta a ouvert, lundi à Nairobi, les travaux de la Conférence de haut niveau sur l’économie bleue durable, une rencontre qui connait la participation de plus de 6000 délégués qui devront examiner, trois jours durant, les moyens de faire bénéficier à l’espèce humaine l’ensemble des océans, des fleuves et des lacs et d’en faire des créneaux porteurs pour le développement durable.

Le Togo est présent à cette conférence par une délégation conduite par le ministre de Conseiller pour la mer, Stanislas Bamouni BABA, qui a invité les délégués gouvernementaux à la ratification de la charte de Lomé, qui permettrait de mettre en œuvre le premier instrument juridique pour sécuriser les littoraux africains des dangers qui les écument.

Placée autour du thème « L’économie bleue et le programme 2030 pour le développement durable », la conférence se concentrera sur les nouvelles technologies et l’innovation pour les océans, les mers, les lacs et les rivières ainsi que les défis que posent ces ressources et les énormes opportunités qu’elles présentent pour l’humanité.

Pas moins de 14.000 accréditations pour les délégués gouvernementaux, les experts et les représentants des ONG, des médias et de la société civile de 181 pays, dont le Togo, ont été accordées par les organisateurs de cette grande manifestation qui se tient au Centre International de Conférence à Nairobi.
C’est l’occasion pour le ministre Conseiller pour la mer, Stanislas Bamouni BABA, d’exhorter les participants, au nom du chef de l’Etat, SEM Faure Essozimna GNASSINGBE, de ratifier la charte de Lomé, dans la dynamique de préservation de l’espace maritime.

La charte africaine sur la sécurité et la sûreté maritimes et le développement en Afrique, signée par plus d’une trentaine de pays membres de l’UA, depuis son adoption en octobre dernier, dans la capitale togolaise, marque incontestablement une étape décisive dans la dynamique de préservation de l’espace maritime.