Justice

Faculté de droit de l’Université de Lomé : Le Professeur Komi Wolou au centre d’une magouille

Publié le jeudi 26 juillet 2018, par Lemessager-actu

Il est souvent présenté par certains comme étant intègre, et lui-même le laisse croire à travers ses sorties et ses déclarations sous la peau de politicien. Aujourd’hui, il fait objet de critique par ses collègues. Et pour cause, « il a frauduleusement fait attribuer des notes à certains étudiants afin de favoriser ces derniers dans l’examen de certificat d’aptitude de la profession d’avocat ». ‘’Il’’, c’est bien le professeur Komi Wolou. Ce dernier dirige la faculté de droit de l’Université de Lomé qui a en charge l’organisation de l’enseignement t l’examen e vue de l’obtention du CAPA (Certificat d’Aptitude de la Profession d’Avocat). Et c’est la presse qui relève ces faits graves ce matin.

« L’organisation de l’enseignement et de l’examen en vue de l’obtention du Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat(CAPA) a été confiée à la Faculté de Droit(FDD) de l’Université de Lomé(UL), que dirige le Pr Komi Wolou, par le décret n°96-092 du 24juillet 1996. En vue de l’application dudit décret, la FDD de l’UL et l’Ordre des Avocats du Togo ont élaboré le 08 avril 2010, un règlement intérieur qui régit l’organisation de l’enseignement et les examens du CAPA depuis son adoption. Il prévoit en ses articles 17 et 18, entre autres, les conditions d’admissibilité qui constitue la première étape de réussite à cet examen. Le premier indique que la « note d’admissibilité sur 20 est obtenue par le total des notes partielles attribuées au candidat dans les épreuves écrites affectées du coefficient de chaque épreuve, divisé par le nombre total de ces coefficients ». Le second précise que « les candidats ayant obtenu la moyenne supérieure ou égale à 12/20 sont déclarés admissibles  », écrit ce matin le bihebdomadaire privé Focus Infos qui indique par ailleurs que « curieusement et nonobstant ces dispositions, le jury de l’examen du CAPA promotion 2015-2017 a décidé de procéder autrement et ce sans aucun fondement textuel sur suggestion du Pr Komi Wolou, membre de ce jury et sous sa couverture en qualité de doyen de la FDD, et donc responsable de l’organisation de cet examen ».

Plus loin le journal écrit que sur les 18 candidats déclarés admissibles sur la feuille de proclamation intitulée « feuille de délibération, affichée en mars dernier, une seule candidate aurait obtenu en réalité la moyenne réglementaire de 12/20. « Mais le jury sous la houlette du Pr Komi Wolou, a décidé d’autorité, de déclarer 18 candidats admissibles, en repêchant 17 autres candidatas supplémentaires », écrit Focus Infos.

Selon le journal, pour les avocats qui ont porté l’affaire devant la chambre administrative de la Cour suprême, la méthode employée pour repêcher les candidats est dénuée de tout fondement juridique et est contestable.
Selon notre confrère la moyenne d’admissibilité a été descendue à 9, 41/20 au lieu de 12/20.

Une attitude qui cache mal les intentions du Pr Komi Wolou de favoriser certains certainement les candidats qui lui sont proches. Lui (Pr Komi Wolou) qui s’érige le plus souvent en donneur de leçon sur les notions de la bonne gouvernance et de la transparence dans le pays, le voilà rattrapé par ce scandale. Comme quoi les hommes sont toujours ce qu’ils cachent.

Un autre journal ‘’le Perroquet’’, titre ce matin sur la même affaire « Proxénétisme administrative à la faculté de droit de Lomé ; Des notes ‘’Wolou’’ faussement attribution à 17 candidats au CAPA, promotion 2015-2017 ».

Cette affaire ne fait que commencer. Comme quoi, « si tu regarde le derrière de ton ami, sait qu’il y aussi quelqu’un qui regarde ton derrière  ».

C’est le 2 5 Juillet 2016 que le Pr Komi Wolou a été élu doyen de la FDD en remplacement du Pr Dodzi Kokorko, nomme président de l’UL.