COOPERATION

Faure Gnassingbé à la table ronde des chefs d’Etat au 7e forum Sino-africain : « Qu’on le veuille ou non, la chine et l’Afrique auront des destins liés au 21e siècle »

Publié le mardi 4 septembre 2018, par Lemessager-actu

Le lundi 03 septembre 2018 s’est ouvert à Pékin, en république populaire de Chine, le 7e forum sur la coopération Sino- Africaine. Une rencontre à laquelle prend part le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé aux côtés de plusieurs de ses pairs Africains et autres chefs de gouvernements du continent.

En effet, depuis la mise en place du Plan National de Développement (PND) dans la perspective de la réduction de la pauvreté, Faure Gnassingbé s’active à rechercher le financement et l’appui pour sa mise en œuvre pour le bien des togolais. A Pékin, le président togolais espère séduire les investisseurs Chinois sur le bien fondé de son plan et la nécessité pour le Togo de bénéficier de l’appui des investisseurs étrangers. L’objectif de Faure Gnassingbé, c’est procéder à « une meilleure mobilisation des ressources pour le bien-être des populations » à en croire les informations de sources proches de la présidence de la république togolaise. D’où la détermination de Faure Gnassingbé et sa délégation de ratisser large au cours de ce sommet.

La rencontre entre Faure Gnassingbé et le PDG de la société Zhongmei ZHANG MINGFENG, une société bien connue au Togo pour avoir mis en place le centre pilote agricole de Zanguéra qui permet de moderniser l’agriculture togolaise à travers l’identification des cultures nouvelles et des méthodes de production agricole, s’inscrit dans la droite ligne de cette recherche de financement pour le PND, que d’ailleurs la société souhaite accompagner.

Le président togolais qui veut mettre les paysans de son pays au diapason de l’évolution dans le domaine agricole, aurait émis le vœu au cours de l’entretien avec le PDG ZHANG MINGFENG de voir un partenariat se nouer entre Zhongmei et les IFAD, spécialisés en aquaculture et élevage en vue de contribuer à la formation des paysans et au développement des filières porteuses comme le manioc.
Des modalités pratiques d’investissement dans le domaine des infrastructures, telles que la réalisation du corridor Lomé-Ouagadougou (routes, chemins de fer, port sec, aéroport, plateforme logistique etc…) ont été également au cœur de l’entretien entre le n°1 togolais et le PDG SHAO GANG de la société Tiesiju Civil Engeneering Group.

« La chine et l’Afrique : construire ensemble une communauté de destin encore plus solide par la coopération gagnant-gagnant », tel est le thème de ce 7e forum Sino- Africain qui a donné l’occasion au président togolais lors de la table ronde des chefs d’Etat tenue hier en marge du forum, de retracer l’intérêt pour les deux parties de se mettre ensemble.

« Monsieur le président Xi Jin-Ping, dans le cadre de ce forum et généralement dans les relations Sino Africaines, votre pays met un point d’honneur à promouvoir un modèle exemplaire du partenariat sud-sud mutuellement bénéfique qui se diversifie et se renforce. Au regard du contexte international extrêmement changeant que nous connaissons aujourd’hui, je me réjoui davantage de cette position constante fondée sur le respect mutuel, la sincérité et la recherche de résultats concrets. Excellence messieurs les chefs d’Etats et de gouvernement, mesdames et messieurs, les liens qui unissent la Chine et l’Afrique sont pérennes, car, ils se nourrissent de l’amitié profonde que nous avons choisie de partager, de cultiver et d’assumer au regard de tous. C’est le propre de l’amitié de n’avoir pas d’autres justifications que le choix assumé des amis de cheminer ensemble. Les amis s’enrichissent de leurs différences. Ils se soutiennent en toutes choses. Jamais ils ne cèdent à la tentation de jugements péremptoires ou de critiques hâtives. Les amis agissent l’un envers l’autre avec fidélité et loyauté. Oui, l’Afrique et la Chine sont des partenaires adeptes du multilatéralisme éclairé et constructif. Nous entendons poursuivre cette dynamique dans l’intérêt de nos peuples respectifs pour construire ensemble une communauté de destin Sino-africaine encore plus solide, ainsi que le rappelle, le thème du sommet qui nous rassemble. Car qu’on le veuille ou non, la Chine et l’Afrique auront des destins liés au 21e siècle », a laissé entendre Faure Gnassingbé lors de la table ronde.

Pour le président togolais, « s’il est certain que l’Afrique ne se développera pas sans la Chine, s’il est certain que l’Afrique a besoin du savoir-faire de la Chine, il est tout aussi vrai que la Chine de son côté a besoin de l’Afrique pour continuer à prospérer ».

S’appuyant sur les investissements de la chine durant les 17 dernières années qui, selon Faure Gnassingbé, ont été multipliés par 17, il a appelé à reconnaitre le leadership de la Chine et l’engagement du président Xi Jin-Ping, parce qu’ils convergent avec l’aspiration des Etats africains à consolider les base de leur croissance économique et à leur intégration harmonieuse dans la diversité mondiale sur la voie de la prospérité.