EDUCATION

Grève : Gilbert Bawara appelle les enseignants au sens de responsabilité et promet des solutions pérennes aux défis du secteur

Publié le mardi 30 janvier 2018, par Lemessager-actu

Le ministre de la fonction publique et du travail, Gilbert Bawara a réitéré ce mardi 30 janvier 2018 à Lomé, l’engagement du gouvernement à trouver des réponses pérennes et durables aux défis et problèmes que connaissent le secteur de l’éducation nationale.

Ces propos ont été tenus à l’issue de la première séance du groupe de travail mis en place par le premier ministre, pour le compte du secteur.

‘Nos discussions et travaux auront lieu en ayant à l’esprit les préoccupations actuelles dans le secteur de l’éducation pour le sens de l’urgence mais aussi le souci de bien faire’, a-t-il dit avant d’ajouter qu’ils mèneront leurs travaux en accordant une importante à tous les sujets esquissés dans l’arrêté du premier ministre.

‘Nous avons une mission globale pour des solutions pérennes’, a-t-il souligné.

Poursuivant ses propos devant la presse, le ministre Bawara assisté de ses collègues des enseignements primaires et secondaires, et de l’enseignement technique, a livré un message au monde syndical de l’enseignement : le groupe de travail bien qu’entant composés de femmes et d’hommes issus de différentes composantes et entités, a à l’esprit qu’il s’agit d’un problème d’intérêt général et c’est pour le bien de l’éducation togolaise qu’il travaille.

‘Nous allons nous efforcer de travailler, discuter et de forger des propositions de solutions à moyen terme dans un esprit d’ouverture et de respect mutuel’, rassure-t-il.

‘Nous voulons surtout dire à nos frères et sœurs enseignants, que les problèmes exprimés même les difficultés qui sont à la base des perturbations actuelles, sont des préoccupations que nous prenons à cœur que nous allons traiter avec le plus grand sérieux’, ajoute M. Bawara qui a lancé un appel à tous les acteurs à faire prévaloir l’intérêt du système éducatif et en œuvrant pour une accalmie et un apaisement.

‘Les problèmes pour lesquels certains ont voulu faire des grèves sont en train d’être pris en charge et pour cette raison, il faut qu’ils donnent toutes les chances d’aboutissement et de créer le climat de sérénité et de confiance nécessaire au bon déroulement des discussions et à l’aboutissement des travaux’, martèle M. Bawara, tout tant souhaitant un retour au calme, à l’apaisement et
à la sérénité et la poursuite normale des activités pédagogiques et scolaires dans de bonnes conditions.

Le groupe a décidé de se réunir deux fois par semaine afin de rendre un travail de qualité devant définitivement sonner le glas des problèmes dans le secteur éducatif togolais.