SANTE

Lutte contre le COVID-19 : Le Togo est à 60% de guérisons selon le Pr Ihou Watéba

Publié le dimanche 19 avril 2020, par Lemessager-actu

Reçu dans l’émission "au cœur de la nation" sur la télévision nationale le vendredi dernier, le responsable du centre de prise en charge des malades du coronavirus au Centre Hospitalier Régional Lomé Commune, le professeur IHOU Watéba, a relevé le travail abattu par le personnel de santé qui s’occupe de la prise en charge des malades atteints du coronavirus au Togo.

" Il y a une note d’espoir " a fait savoir Ihou Watéba. D’après lui, " les chiffres évoluent" et de façon administrative, il revient à l’autorité de communiquer les chiffres du jour, a-t-il précisé.

Par rapport, aux patients guéris, IHOU Wateba explique que la guérison survient généralement après 8 jours d’hospitalisation. Et la majorité des patients, notamment 60% sont asymptomatiques. Autrement, leurs symptômes sont vraiment mineurs( rhumes, petite douleur à la gorge).

A en croire le professeur IHOU Watéba, c’est 40% des cas, qui arrivent avec des signes qui nécessitent une prises en charge assez suivie( détresse respiratoire,

Le Togo est à 60% de guérisons au COVID-19

Revenant sur les cas de décès, il fait remarquer que les décès enregistrés sont des décès dont la survenue s’est située dans les 24 à 72h. Et ces décès sont issus des formes aigües.

" Souvent ces patients ont des problèmes sous-jacents ", indique le professeur Watéba. C’est-à-dire que ces patients ont une co-morbidité( problèmes respiratoires chroniques, diabète, une maladie qui déprime l’immunité etc...).

Il y a aujourd’hui plus de gueris que des cas hospitalisés. 60% de guérisons, à ce jour, annonce-t-il, et qui selon lui, est une lueur d’espoir qui nécessite que le Togo continue sur cette lancée.

Pour Ihou Watéba, il faut que jusqu’à la fin du mois de Mai, qu’on puisse statuer clairement sur cette maladie pour que l’économie puisse être relancée rapidement.

Le che centre de prise en charge des patients atteints au COVID-19 du CHR Lomé commune a félicité le travail extraordinaire des épidémiologistes.

" Quand on dit que c’est nous les medecins au CHR qui sont en première ligne, il y a des gens en première ligne, et c’est des épidémiologistes de terrain. C’est eux qui vont chercher les cas, qui arrivent à les circonscrire et nous les amène. Donc c’est la qualité du travail qu’ils font qui nous sauvent nous la vie".