Politique

Politique togolaise et incohérence de la coalition : Kprékouma Wala emboite le pas à Fulbert Attisso et appelle à un réajustement de stratégies de lutte de la coalition

Publié le mardi 29 janvier 2019, par Lemessager-actu

Comme il y a quelques semaines écrivait le premier responsable du parti politique « Le Togo Autrement », Fulbert Attisso, Kprékouma Wala, l’un des premiers responsables du parti Alliance des Démocrates pour le Développement Intégral(ADDI), vient de se proposer sur la stratégie de la coalition de l’opposition, stratégie qu’il semble critiquer au même titre que le président de « Le Togo Autrement ».

Si Fulbert attisso est allé encore plus loin pour dénoncer la malhonnêteté de certains compagnons de lutte faisant partie intégrante de la coalition tout en demandant, la révision de la stratégie qui a toujours conduit ce qu’il appelle, les forces démocratiques à l’échec, M. Wala a pour sa part estimer qu’il faut changer tout simplement de stratégie de lutte.

Des approches pas trop loin, mais qui sonnent comme une lassitude des jeunes figures de l’opposition qui voient leurs aînés échouer à tout bout de champ dans ce qu’ils estiment être une lutte politique.

« Je suggère le réajustement des éléments qui ne favorisent pas le progrès des forces démocratiques », déclare Kprékouma Wala qui estime par ailleurs, que pour entamer la nouvelle dynamique de lutte, il va falloir que la coalition s’approprie un principe fondamental. Celui qui consiste à ne pas laisser le terrain politique à son adversaire. Car, selon lui, l’adversaire «  en profite pour renforcer et asseoir son système ». D’où son invitation à prendre d’assaut les collectivités locales en acceptant cette fois-ci de ne pas boycotter les locales mais de participer.

Mais un fait remarquable dans le message de M. Wala qu’il ne faut pas perdre de vue. Le fait de s’adresser à la jeunesse des partis politiques.

« J’en appelle à l’engagement et la détermination des jeunes des partis politiques. Nous avons mobilisé, nous avons marché, nous avons aussi couru. Nous avons perdu des camarades de lutte. D’autres sont en prison, d’autres gardent les séquelles de leur blessure. C’est à saluer au nom de la lutte. Mais pour l’honneur de tous ces martyrs, ces prisonniers politiques, ces blessés, nous avons la responsabilité de capitaliser toute la mobilisation en prenant part aux locales et en participant à la construction et la consolidation de la démocratie à la base », écrit Kprékouma Wala.
Un message qui semble avoir toute sa signification et qui même s’il n’est pas explicite, démontre le constat d’échec de ceux qu’on pourrait appeler les vieux loups de l’opposition. Constat fait par certains jeunes de partis qui commencent par prendre conscience. Et cela ressemble à une révolution qui s’instaure peu à peu au sein de l’opposition togolaise. Ce qu’on n’avait jamais vu auparavant. Mais reste à savoir, si cela va porter, car, « les vieux loups », ne sont pas prêt de lâcher, le retour de Me Agboyibo est un exemple parmi tant d’autres.

Depuis fort longtemps de plus en plus de voix se lèvent pour demander un renouvellement de la classe politique de l’opposition. Car, celle qui est là et dont la durée de vie dépasse les 28 ans, a fait ses preuves, avec un constat d’échec.

Et des figures comme Kprékouma Wala, Fulbet Attisso, Jean Eklou et plein d’autres peuvent apporter un sang neuf à cette opposition…