Politique

Présidentielle de 2020 au Togo : Ekué Gamessou Kpodar, le 3eme candidat déclaré

Publié le mardi 10 septembre 2019, par Lemessager-actu

La présidentielle de 2020 au Togo, c’est dans sept mois. En attendait éventuellement d’autres candidatures, c’est actuellement 3 personnes qui se sont annoncées pour aller à cette élection.

Après le Docteur Thon Aubin et Gerry Taama, c’est le tour de M. Akué Gaméssou Kpodar d’annoncer sa candidature à la magistrature suprême du Togo. Cette annonce a été faite 10 septembre 2019 à Lomé devant les médias.
En effet, Ekué Gamessou Kpodar, est un expert économiste qui a fait ses preuves à la banque mondiale et à la BCAO. A 60 ans, il est également coach en développement personnel et en leadership.

Très peu connu du grand public togolais quoique ayant été l’un des artisans de la création de la défunte Coalition de l’opposition, la C14, EKUÉ Gaméssou Kpodar est en revanche bien connu sur le plan international.

Ainsi, l’homme se présente comme une alternative crédible pour provoquer l’alternance en 2020. Il compte jouer sur son carnet d’adresse au niveau diplomatique pour faire balancer la chance de son côté et être celui-là par qui l’alternance passera en 2020, selon ses dires. Pour lui, c’est au peuple d’écrire la page de son histoire car « rien n’est défini  » pense-t-il, car " la terre promise est plus proche qu’on ne pense", estime-t-il.

« C’est le peuple qui écrit son histoire et rien n’est définitivement écrit. Le changement est la seule chose qui n’est pas définitivement écrite et la terre promise est plus proche qu’on ne le pense », a –t-il laissé entendre.

Dans un discours sous forme de programme, il est revenu sur la situation actuelle du pays : de l’économie à la politique en passant par les conditions sociales.
M. Kpodar semble être un pacifiste, et c’est pour cela qu’il pense qu’il faut éviter au peuple togolais, des confrontations stériles en 2020.

« Notre pays va mal, trop mal. Ayons le courage de le reconnaître. Le pays souffre d’un déficit démocratique qui est la conséquence d’un verrouillage des institutions  », a-t-il déclaré avant d’inviter, l’actuel chef de l’Etat, Faure Gnassingbé à prendre de la hauteur en prenant une décision sage afin de se donner la chance de sortir par la grande porte comme les grands hommes.

Cette candidature qui intervient au moment où une partie de la classe politique togolaise de l’opposition continue par appeler à une candidature unique, est mal vu par certains analystes de la vie politique du Togo. Pour ces derniers, c’est une candidature qui risque de porter atteinte à cette volonté d’une unification d’action de l’opposition en 2020.

Avec cette troisième candidature, les chances de voir la classe politique de l’opposition togolaise aller en rangs uni contre le candidat du parti au pouvoir seraient entrain de s’envoler.

En tout cas pour l’instant, rien n’est encore fait. A 7 mois de la présidentielle, tout peut se passer.

Tout ce qu’il faut retenir, c’est que désormais pour cette présidentielle de 2020, on a pour le moment 3 candidats déclarés en attendant bien sûr, la validation de ces candidatures par l’institution compétente en la matière.