Société

Projet de renforcement de la desserte en eau potable dans la région de la Kara : Les DG de la TDE et de la SP-EAU touchent du doigt l’état d’avancement des travaux

Publié le mardi 17 mars 2020, par Lemessager-actu

L’année dernière, plusieurs localités de la région de la Kara, comme d’autres d’ailleurs sur l’entendue du territoire national, ont connu des problèmes d’approvisionnement en eau potable. Ces problèmes qui trouvent leurs causes dans la forte demande enregistrée et suite à la canicule et aux changements climatiques, ont conduit les premières autorités togolaises à entreprendre un vaste et ambitieux programme de renforcement de la desserte en eau potable dans six(06) préfectures à travers la Togolaise des Eaux, TDE, la société distributrice d’eau potable dans le pays. C’est pour se rendre compte de l’état d’avancement des travaux que les directeurs généraux de la TDE, Yawanké Waké Gbati et celui de la SP-EAU (Société de Patrimoine Eau et Assainissement en milieu Urbain ), ASSOUTOM Koumayi se sont rendus sur le terrain la semaine dernière.

En effet, six préfectures à savoir, Kozah, Binah, Doufelgou, Kéran, Bassar, Dakpen bénéficient du programme qui bénéficiera également à terme à 8 localités qui (Camp Gal AMEYIde Kara, Base Chasse de Niamtougou, Baga, Défalé, Kanté, Kémérida, Bassar et Guérin-Kouka).

« Il s’agit de la réalisation et de la mise en service des forages à gros débit pour autonomiser certaines localités qui dépendaient du barrage de la Kozah », a expliqué Yawanké Gbati. Pour son collègue de la SP-EAUqui, « le projet va consister à doter les localités concernées en châteaux d’eau pour le stockage et la distribution d’eau potable ».

D’après les explications, le choix a été porté sur des réservoirs modulaires, une innovation technologique dans notre pays. Ces châteaux modulaires sont composés de panneaux de taille standardisée, faciles à monter et à démonter et présentent l’avantage d’être une solution durable, économique, écologique et de qualité conformément aux normes de potabilités internationales. Ils sont montés sur des supports en béton armé avec des hauteurs comprises entre 12 et 15 m ou à même le sol avec une capacité de stockage de 50 à 300 m3.

Le coût de tous ces travaux de renforcement est estimé à environ un milliard (1.000.000.000) Francs CFA et comprend sept composantes à savoir, la composante I qui est la réalisation des forages, la composante II qui consiste en la construction des réservoirs, la composante III qui est l’ équipement hydraulique des réservoirs, la composante IV qui est la construction des cabines technique, la composante V qui relève de l’équipement des forages, la composante VI relative aux réseaux de raccordement Hydraulique et enfin la composante VII qui concerne le raccordement réseaux électrique. A ce jour l’état d’avancement global du projet est de 47%.

Pour le DG de la TDE, c’est pour se conformer au Programme National de Développement(PND) mis en place par le chef de l’Etat qu’un tel projet a vu le jour.
« Le défis d’approvisionnement d’eau potable en vue de permettre à nos populations de s’en procurer est de taille. Et les premières autorités, en premier lieu le chef de l’Etat lui-même, en sont conscientes, c’est pourquoi elles ont instruit pour que ce projet soit mise sur pieds et exécuté dans les règles de l’art », a indiqué M. Yawanké.