Economie

Rapport Doing Business 2020 et les performances du Togo : Faure Gnassingbé attend mieux

Publié le mercredi 6 novembre 2019, par Lemessager-actu

Le 24 octobre dernier la banque mondiale a sorti son rapport Doing Business 2019, le 17e du genre. Et d’après ce rapport, il ressort que le Togo a fait des performances très louables. Des avancées en matière de réformes structurelles de son économie et qui hissent le pays dans le top 10 des pays les plus réformateurs, 1er en Afrique et 3ème mondial.

C’est pour célébrer ce rapport, qu’il a été procédé au lancement du rapport pays le 31 octobre dernier à Lomé, en présence de plusieurs personnalités dont le vice-président de la Société Financière Internationale(SFI) de la Banque Mondiale pour l’Afrique et le Moyen Orient, M. Sergio Pimenta. Etait également présent à cette cérémonie, la représentante résidente de la Banque Mondiale, Awa Cissé Wagué.

« Maintenir l’élan des réformes », tel est le thème autour duquel a eu lieu la cérémonie qui a été présidée par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé. Pour ce dernier, il faut maintenir le cap et éviter de donner raison aux mauvaises langues qui seront tentés de parler de hasard sur ces performances si jamais l’année prochaine les résultats ne vont pas au-delà de ceux qu’on a aujourd’hui.

« Nous devons savoir que nous sommes en compétition avec les autres. Ce que nous avons réussi aujourd’hui, si nous ne maintenons pas le cap, demain nous pouvons reculer. Et si nous reculons, je crois que l’impact sera encore plus négatif. Les mauvaises langues diront que c’est par hasard. Ca fait deux ans que nous avons entamé cela. Il faut que l’année prochaine, nous puissions maintenir le cap. Même si les périodes de campagnes électorales ne sont pas forcément propices aux réformes, il faut que dès maintenant, en tout cas, c’est l’instruction que j’ai donné aux ministres, que je donne à l’administration, que nous prenons de l’avance sur les réformes que nous devons réaliser pour l’année prochaine  », à déclaré le chef de l’Etat qui a par ailleurs invité les uns et les autres à ne pas se lasser de faire les réformes.

« Travaillons, pour que le Togo ait cette place de meilleur réformateur en Afrique », a indiqué Faure Gnassingbé.

La représentante-résidente de la Banque Mondiale au Togo, Awa Cissé Wagué, a pour sa part invité le Togo à aller encore plus loin dans la mise en œuvre des réformes.

« Il y a beaucoup plus d’effort à faire au niveau du payement des taxes et des impôts. En plus au niveau judiciaire, tout ce qui concerne la réglementation de l’insolvabilité, il y a encore beaucoup plus de travail à faire à ce niveau. En plus, la protection des investisseurs minoritaires  », a-t-elle laissé entendre.

Auparavant, c’est Madame Johnson Ablamba, Ministre conseillère du président de la république, chargeé du climat des Affaires, qui a rendu un hommage mérité au chef de l’Etat pour son leadership et sa clairvoyance, par rapport à son engagement, ses décisions et initiatives en faveur de l’assainissement du climat des affaires, et qui ont permis d’atteindre ce résultat que l’on célèbre aujourd’hui.

« Je voudrais rendre un hommage appuyé à vous Excellence, Monsieur le Président de la République, pour votre vision et vos orientations qui ont boosté l’atteinte de ces résultats encourageants  », a fait savoir madame la Ministre Conseillère du chef de l’Etat.

Saluant les autres acteurs impliqués, à savoir le groupe de la banque mondiale, l’administration, le secteur privé etc… la ministre Ablamba, a laissé entendre que « pour la première fois, notre pays a franchi le cap d’un classement à deux chiffres  », et ce, conformément aux hautes instructions du chef de l’Etat, il y’a exactement un an.

« C’est la plus grande progression dans le monde, ceci pour la deuxième année consécutive soit, un gain de 59 places en deux ans  », a poursuivi madame la ministre. Selon elle, pour comprendre le miracle togolais sur les réformes réalisées ces derniers mois, il faut de toute évidence se référer à trois choses à savoir, les choix opérés par le gouvernement togolais, la volonté politique affirmée, et enfin, le pragmatisme et le leadership des plus hautes autorités en particulier, de Son Excellence Monsieur le Président de la République dont la détermination reste constante.

Ablamba Johnson a pour terminer, rassuré de la détermination de son équipe à continuer le travail pour encore plus de résultats encourageants pour le pays.
« Aussi, toute l’équipe du climat des affaires et tous les acteurs mobilisés sur les différentes réformes, par ma modeste voix, voudrait vous assurer de leur totale détermination à poursuivre les efforts pour accomplir l’importante tâche qui nous attend.Il s’agira non seulement d’approfondir les réformes entamées mais aussi de nous attaquer aux indicateurs sur lesquels notre pays a de la marge de progression tout en sachant que ces progrès remarquables nous rappellent aussi, si besoin en était, la nécessité de poursuivre les réformes ambitieuses exigées de nous, afin de contribuer à la mise en œuvre réussie du Plan National de Développement 2018-2022  », a promis madame Ablamba Johnson.

Sergio Pimenta, vice-président de la SFI a salué les résultats remarquables que le Togo a obtenus, ceci, grâce à l’engagement du chef de l’Etat.

« Ils(les résultats) illustrent l’appui que vous apportez à l’ambitieux agenda des réformes mises en œuvres au Togo. Le travail acharné de votre administration et la qualité de la collaboration entre vos services et nos programmes de conseils en amélioration du climat des investissements. Je souhaite vraiment souligné votre engagement personnel et vous féliciter pour ces résultats ainsi que le travail de tous les experts. Je ne pense pas qu’il y a autan de chefs d’Etat qui ont passé autan de temps avec nos équipes sur des questions aussi techniques et importantes  » a déclaré le vice-président à l’endroit de Faure Gnassingbé. Pour lui, il faut travailler à mettre le secteur privé au cœur du développement.

En plus de fêter le Doing-business, nous pouvons fêter également un changement d’image du Togo sur le plan international, a-t-il ajouté.

« Nous sommes là pour soutenir les pays qui réforment et le Togo est en tête de ligne au niveau de la réforme. Nous devons être là pour vous accompagner dans les efforts du développement du secteur privé… » a indiqué Sergio Pimenta qui a annoncé un engagement beaucoup plus soutenu du Togo dans le secteur privé, avec surtout les femmes, les jeunes etc…d’où la nécessité de l’ouverture du bureau de la SFI au Togo.