Médias

Rétropédalage de Tikpi Atchadam

Publié le mercredi 25 octobre 2017, par Lemessager-actu

L’hebdomadaire Le Messager dans les kiosques ce mercredi renseigne d’un rétropédalage de Tikpi Atchadam (sur l’image), leader du parti national panafricain (PNP).

Dans un article consacré à l’homme par qui les manifestations politiques ont commencé depuis le 19 aout à Lomé et en région, le journal s’étonne que le panafricanisme affiche à la face du monde sa foie à la ‘France et à ses valeurs’.

Invité de la radio France Internationale, rapporte Le Messager, le chef du PNP déclarait que ‘les togolais croient encore à la France et en ses valeurs. C’est le pays de la démocratie…’, peut-on lire, et cette déclaration serait en contradiction avec ‘la position radicale’ qu’affiche l’opposant par l’organisation des ‘manifestations’ rythmées par ’le vandalisme, le saccage, la promotion de la haine’, ajoute le journal.

L’auteur de l’article, qui remonte au début des manifestations lancées par le PNP, souligne le ralliement par la suite au mouvement de 13 autres formations politiques de l’opposition réunies au sein d’une coalition et qui a pris la relève des manifestations dans le pays.

‘Croyant être en position de force et comptant sur les manifestations de rue pour faire plier le pouvoir de Lomé, les 14 partis politiques qui se sont coalisés vont exiger désormais le retour à la constitution de 1992, le départ de Faure Gnassingbé sans conditions, chose qu’ils n’obtiendront pas jusqu’à ce jour car, les choses sont plus complexes qu’ils ne le pensaient’, relève le journal.

Toujours, l’article rapporte, la sourde-oreille de l’opposition aux nombreux appels de la communauté internationale, qui a à maintes reprises appelé à un dialogue.

Ce rétropédalage du leader du PNP, poursuit le journal illustre parfaitement l’échec des stratégies mises en œuvre par la coalition de 14 partis politiques et ressemble plus à un ‘aveu de ‘repentance’.

Le Messager recommande aux leaders politiques de revenir à la ‘raison’ pour aller à la table de discussion à laquelle appellent la communauté internationale, le Groupe des Cinq ambassadeurs, les organisations régionales.