Economie

SAATM pour une Afrique intégrée et des peuples en 2063

Publié le jeudi 1er février 2018, par Lemessager-actu

L’Union africaine a officialisé le lundi 29 janvier dernier lors du 30e sommet des chefs d’Etat, à Addis Abéba en Ethiopie le Marché unique africain du transport aérien (SAATM, Single African Air Transport Market).

Il constitue l’un des premiers projets phare de l’Agenda 2063 de l’UA et vise à créer un marché unique et unifié du transport aérien en Afrique, à libéraliser l’aviation civile sur le continent et à faire avancer le programme d’intégration économique de l’Afrique.

À ce jour, 23 pays africains sur 55 ont souscrit à ce marché qui devrait selon la commission de l’Union Africaine stimuler les investissements transfrontaliers dans les industries de production et de services, y compris le tourisme.

Le lancement du marché unique va stimuler les opportunités de promotion du commerce, les investissements transfrontaliers dans les industries de production et de services, y compris le tourisme, aboutissant ainsi à la création de 300 000 emplois directs supplémentaires et deux millions d’emplois indirects, une contribution importante à l’intégration et à la croissance socio-économique du continent.

L’industrie aéronautique offre actuellement 8 millions d’emplois en Afrique.

Pour la conduite du processus, le chef de l’Etat togolais Faure Gnassingbé a été désigné champion de ce marché et pilote du processus.

Ce Jeudi 1er février, à Lomé, le ministre des transports Ninsao Gnofam a livré à la presse, les détails de ce marché pour les pays ainsi que les motivations du choix du président togolais.

Pour ce dernier, M. Gnassingbé a été désigné par ses collègues comme champion de SAATM à cause de sa vision de panafricaniste et d’ambitions en matière de développement des infrastructures aériens.

‘Notre pays a fait beaucoup d’effort sous la houlette du chef de l’Etat en matière d’aéronautique. Ce qui a conduit le pays à moderniser l’aéroport de Lomé. Le président Faure Gnassingbé comme champion aura pour mission d’amener les pays non adhérant a le faire’, a expliqué le ministre.

L’Afrique compte une multitude de compagnies aériennes qui pour la plus part n’existe que de nom et qui ne permettra pas au continent d’atteindre l’objectif d’intégration que prône les chefs d’Etat à l’horizon 2063, relève le ministre pour qui, la libéralisation des marchés aériens sera un grand atout pour la concrétisation de la volonté des chefs d’Etat.

‘En créant un marché unique de transport aérien, les chefs d’Etat permettent à l’Afrique d’occuper une part importante dans le transport aérien dans le monde, actuellement estimée à 3% de part de marché alors que son potentiel est plus important que ça, a indiqué le ministre Gnofam.

Les retombées directes de ce marché poursuit-il sera la réduction des coûts, la facilité de passage d’une frontière à une autre etc.

Par SAATM, l’Union africaine souhaite développer les affaires surtout le tourisme et de booster le transport aérien.