SANTE

Santé : l’obésité s’accroit dangereusement dans la société togolaise

Publié le vendredi 29 décembre 2017, par Lemessager-actu

Le programme national de lutte contre les maladies non transmissibles a fait le point vendredi au cabinet du ministère de la santé, de la campagne de sensibilisation et de dépistage à la 33e quinzaine commerciale de Lomé. Démarrée le 22 décembre dernier, elle s’achève demain samedi.

Sur 545 visiteurs dépistés, 26,61% soit 145 ont été dépistés hypertendus, 4,59% soit 25 visiteurs dépistés au diabète, 5 dépistés au diabète et hypertension et enfin 335 personnes (62%) dépitées d’obésité.

Parallèlement, 1000 visiteurs et exposants sur le site ont été sensibilisés sur les maladies non transmissibles, les causes, les conséquences, les précautions à suivre.

Une rencontre similaire a été organisée à l’occasion de la 14e Foire internationale de Lomé et ayant permis à l’équipe du programme national de dépister 1438 visiteurs et exposants puis sensibilisés 10 000 personnes.

L’organisation de ces campagnes vise selon le programme à apporter les messages de prévention et de lutte contre les maladies non transmissibles clair, précis et accessible à tous.

Selon les récentes données du ministère de la santé, la situation des maladies non transmissibles au Togo demeure aussi préoccupante et ce malgré les efforts de dépistage et de sensibilisation déployés par les pouvoirs publics.

L’enquête Steps réalisés en 2010 a montré que les principaux facteurs de risques des MNT se retrouvent presque dans tous les groupes sociaux, et spécialement dans les groupes vulnérables, tels que les retraités, les personnes âgées les personnes à faible niveau d’instruction, les enfants, les jeunes et les femmes à procréer.

Cette enquête a révélé que sur les six régions sanitaires du pays, la région sanitaire Lomé-Commune vient en tête avec 19,2% de la population ayant 3 à 5 facteurs de risque combinés.

JPEG - 242.8 ko

Au titre du bilan de l’année 2017, la coordination du PNMNT, a mené des séances de sensibilisation de masse, des agents de santé et communautaire à Kpalimé et à Lomé.

Elle sera poursuivie et renforcée au cours de l’année prochaine, a martelé devant la presse, le coordinateur du programme, professeur Bélo Mofou.