SANTE

Sit-in des agents de santé, le ministère clarifie les choses

Publié le mercredi 3 janvier 2018, par Lemessager-actu

Les agents de santé ont observé ce mercredi 3 janvier, un sit-in au service en guise de protestation contre les conditions de travail et de vie. Les doléances portées par le Syndicat des praticiens hospitaliers du Togo (Synphot) se déclinent notamment à l’élaboration d’un statut pour les contractuels, la construction des infrastructures, l’équipement des structures sanitaires existantes et la construction de nouvelles…, la question du statut particulier des agents de santé...

Le mouvement s’est déroulé entre 7-10 heures.

Pour le ministère de tutelle, les points faisant objet de doléances peuvent être nuancés d’autant plus que le gouvernement a fait des efforts pour répondre à quelques uns.

Concernant l’élaboration d’un statut pour les agents contractuels et non fonctionnaires du ministère de la santé, le ministère relève que son action a été de permettre à ces agents de rentrer dans la fonction publique et de bénéficier des avantages y afférents.

‘Les agents non fonctionnaires du ministère de la santé, les contractuels ont été recrutés par les centres de santé, et ne peuvent bénéficier que des avantages tels que définis dans les contrats avec le recruteur. Pour ces cas, le ministère les ont autorisés à participer aux différents concours d’entrée dans la fonction publique en 2016 et 2017, mais ceux-ci ont refusés d’y participer craignant qu’on va les affecter hors de Lomé’, explique une source au ministère de la santé.

L’Etat est à l’œuvre pour l’adoption du statut final des agents de santé et ils pourront évidemment bénéficier dès qu’ils seront intégrés, poursuit la source.

Pour ce qui concerne les autres points, notamment la construction des infrastructures, le ministère de la santé, souligne avoir élaboré et adopté un plan d’action couvrant les prochaines années dans lequel la construction des centres de santé, ainsi que leurs équipements occupent une grande partie des actions.

D’ores et déjà, le secteur bénéficiera des interventions du programme d’urgence de développement communautaire en équipements et constructions de districts sanitaires, précise le ministère de la santé.

Récemment des matériels roulants ont été offerts au centre régional d’Atakpamé.

Certes reconnait les autorités sanitaires, les efforts ont été engagés mais beaucoup restent à faire et nécessiteraient des réformes plus approfondies d’où le concept de la contractualisation. Cette politique permet de confier à une société ou Ong spécialisée le management de l’hôpital, la gestion des finances et l’instauration de la transparence à tous les niveaux. Ce qui permettra de mieux rationaliser les dépenses afin de permettre à l’hôpital de vivre de ses recettes.

Cette réforme qui connait un franc succès au Centre hospitalier d’Atakpamé sera étendue au mammouth Chu Sylvanus Olympio de Lomé, au Chr Kara pour être élargir aux autres centres de santé du pays.