FINANCE

Togo-Nouveaux accords de financement de l’AFD, du KFW et de l’Union européenne

Publié le mardi 23 janvier 2018, par Lemessager-actu

L’Agence Française de Développement (AFD), l’Union Européenne et l’Allemagne à travers la Banque allemande de développement (KfW) ont signé ce mardi 23 janvier à Lomé, plusieurs conventions de financement avce le Togo.

Il s’agit de deux financements en faveur de l’extension des réseaux électriques de la ville de Lomé et une convention pour renforcer le réseau de pistes rurales et ainsi appuyer le développement des zones de production du coton, du café et du cacao et améliorer les conditions de vie des populations.

La cérémonie s’est déroulée au Centre administratif et des services économiques et financiers, en présence du Ministre de l’Economie et des Finances, M. Sani Yaya, de l’Ambassadeur de France au Togo, M. Marc Vizy, de l’Ambassadeur d’Allemagne au Togo, M. Christoph Sander, de la Cheffe de Délégation de l’Union Européenne au Togo, Mme Cristina Martins Barreira, du Directeur de l’AFD Lomé, Benoît Lebeurre et du Directeur Pays de la Kfw M. Robert Roth.

Par ces conventions, il est mis à la disposition de l’État togolais un montant total de 57,8 millions d’euros, soit environ 37,9 milliards de francs CFA, sous forme de prêts concessionnels et de subventions.

Trois conventions (prêt AFD, subvention de fonds délégués de l’Union européenne et subvention de la KfW) d’extension des réseaux d’électricité de la ville de Lomé – 47,8 millions d’euros

Ces accords marquent la reprise des prêts souverains de l’AFD au Togo, suite à l’accord FMI signé en mai 2017. Ce premier prêt AFD (30 millions d’euros), combiné à une subvention déléguée de l’Union européenne (7,8 millions d’euros) et de la KfW (10 millions d’euros), visent à sécuriser et à stabiliser l’approvisionnement en électricité de la région métropolitaine de Lomé, tout en contribuant à la réduction des pertes techniques et commerciales.

La fiabilité du réseau de distribution d’électricité étant essentielle pour le développement industriel et commercial du Togo, elle soutient la création d’emplois et peut ainsi contribuer à la croissance durable de l’économie togolaise.

Ces financements permettront d’étendre le réseau de distribution électrique de Lomé à travers l’installation de lignes basse et moyenne tension, la construction d’un bureau de télé conduite et le raccordement de nouveaux abonnés.

Présentation du Programme d’extension du réseau électrique de Lomé (PEREL)
Chef de file d’un pool de bailleurs composé de l’Union européenne et de la KfW, l’AFD appuie la mise en œuvre du schéma directeur des investissements de la CEET, élaboré en 2014, à travers un premier projet.

Coût global du projet : 47,8 millions d’euros (31,4 milliards de francs CFA), dont 30 millions d’euros de prêt souverain concessionnel de l’AFD, 7,8 millions d’euros de ressources issues du 11ème Fonds Européen de Développement (FED) / PASET 1 (Programme d’Appui au Secteur de l’Energie au Togo), et 10 millions d’euros de subvention du Ministère allemand de la coopération économique (BMZ) à travers la KfW.

Ce projet vise à la fois une amélioration qualitative et quantitative de l’accès à l’énergie des populations et activités économiques, et contribue au redressement financier de la CEET par la réduction des pertes techniques et commerciales.

En addition à un volet d’assistance technique de la CEET, le volet travaux du projet s’articule autour de trois composantes : (i) l’extension et la densification du réseau électrique de distribution ; (ii) le renouvellement du centre de conduite du réseau ; et (iii) le raccordement de 20 000 nouveaux abonnés.
Une convention de soutien à l’amélioration des pistes rurales (PAPR) – 10 millions d’euros

Dans le cadre de cet accord, l’AFD s’engage à mettre à disposition de l’Etat togolais, une enveloppe 10 millions d’euros (soit 6,6 milliards de francs CFA) sous forme de prêt concessionnel, en complément des 17 millions d’euros de subvention déjà accordés par la Coopération allemande au développement à travers la KfW dans le cadre de ce projet.

Ces financements contribueront au développement économique des zones de production de coton, de café et de cacao par l’amélioration de l’accès des exploitations agricoles, aux moyens de production et aux débouchés. Ils permettront également une amélioration des conditions de vie des populations par un meilleur accès aux services de base.

D’un coût global de 35,4 millions d’euros soit 23,4 milliards de francs CFA (prêt AFD : 10 millions d’euros ; subvention KfW : 17 millions d’euros ; contribution Etat togolais : 7,9 millions d’euros et participation des filières : 500 000 euros), le Projet d’appui aux pistes rurales (PAPR) s’inscrit dans la continuité du Programme de stabilisation des recettes d’exportation (STABEX 2006-2010), financé par l’Union européenne. La mise en œuvre de cette nouvelle phase vise à : (i) la réhabilitation de 900 km de pistes rurales dans les régions cotonnières ; (ii) la réhabilitation de 85 km de pistes rurales dans les zones de culture du café et du cacao ; (iii) l’appui à la mise en œuvre de la politique nationale d’entretien des pistes rurales et au renforcement de capacités institutionnelles.