Economie

Togo : Une revue pour évaluer la mise en Œuvre des Reformes à fin décembre 2019 et la Matrice Unifiée pour la période 2020-2022

Publié le mardi 25 août 2020, par Lemessager-actu

Un atelier sur la revue de mise en œuvre des réformes à fin décembre 2019 et la validation de la matrice unifiée pour la période 2020-2022 se tient depuis hier à Lomé. Prévue pour durée 04 jours, cette revue est la deuxième au titre de l’année 2019 après celle tenue en août dernier pour la période de janvier à juin 2019.

Pour le ministre Sayi Yaya de l’Economie et des Finances, la rencontre qui se tient dans un contexte particulier de pandémie du COVID-19 a certes des impacts négatifs sur le social et l’économie, mais « néanmoins, elle nous enseigne des leçons que nous pourrons tirer, notamment ‘’repenser notre modèle économique’’ pour le rendre moins dépendant de l’extérieur et donc plus résilient face aux chocs externes.

Pour le ministre Yaya, cette nouvelle orientation de la politique économique devrait nous amener sans doute à réviser et à actualiser le Plan National de Développement (PND 2018-2022).

Ainsi, « la nouvelle politique s’articulera autour de la création des pôles de croissance, des unités de transformation industrielle de nos matières premières, particulièrement dans le secteur agricole et industriel pour développer des chaînes de valeur et créer plus d’emploi », a-t-il indiqué. Il a en outre rappelé les raisons pour lesquelles il est nécessaire de procéder aux réformes des finances publiques.

« Les réformes des finances publiques ont pour point central les réformes budgétaires auxquelles les plus hautes autorités attachent du prix. Nous citons, à titre d’exemple le budget programme ou gestion axée sur les résultats dont le processus d’implémentation est en cours afin d’instaurer la culture du résultat dans la gestion des finances publiques et l’élaboration du budget programme  », indique le ministre.

Pour lui, il faut poursuivre les réformes, et s’inscrire dans l’optique du chef de l’Etat, Faure Gnassingbé qui encourage les réformes susceptibles de corriger les goulots d’étranglement et de relancer les différents secteurs de l’économie afin de permettre l’atteinte des objectifs fixés dans le PND.

« Ainsi, la mobilisation de chaque acteur doit être déterminante pour la réussite du PND et, in fine, parvenir à un meilleur épanouissement de la population  », précise Sani Yaya.
La rédaction