Economie

Devoir de mémoire / Rénovation du Cabinet abritant le ministère du Commerce : UN BÂTIMENT RÉNOVÉ À PLUS DE 400 MILLIONS DE FCFA ET QUI NÉCESSITE DEUX ANS APRÈS D’AUTRES TRAVAUX

Publié le mardi 20 juillet 2021, par Lemessager-actu

En 2019, le bâtiment abritant le cabinet du ministre du commerce fut entièrement rénové sinon relooké par l’entreprise X-GONE dans des conditions spéciales. L’exécution des travaux d’aménagement avait retenu l’attention des auditeurs de l’IGF et de la DGTCP dans le rapport de mission, version provisoire et en a même fait l’objet de deux recommandations, notamment les 56 et 57.

La recommandation 56 des auditeurs de l’IGF et de la DGTCP à la page 85 du rapport de mission, version provisoire, stipule que : « M. Adjakly Francis Sossah, Ex-coordonnateur du Secrétariat de la Commission technique du CSFPPP, doit fournir le dossier et les pièces justificatives des dépenses relatives à la contribution du CSFPPP aux travaux d’aménagement du bâtiment abritant le cabinet du ministère en charge du commerce. A défaut, il doit rembourser la somme mise en cause soit cent soixante-huit millions trois cent vingt-deux mille deux cent quarante (168 322 240) francs CFA ».

La recommandation 57 invite le Ministre du Commerce, président du CSFPPP à faire produire par la société X-Gone, la preuve de paiement de la TVA relative, à défaut, elle doit reverser le montant de la TVA y afférente.

Toujours selon, le rapport à la page 66, on peut lire que « le montant hors taxe est passé de trois cent soixante-douze millions deux cent cinquante-cinq mille six cent quarante-huit (372 255 648) francs CFA à quatre cent vingt-sept millions trois cent soixante-dix-sept mille huit cent quatre-vingt-huit (427 377 888) francs CFA soit une augmentation de 14,8% par rapport au montant figurant sur la lettre n°060/SP/MCIDSPPCL/SG du 26 février 2019 ».

Il faut rappeler que c’est le cabinet d’architecture X-GONE qui a réalisé l’étude diagnostique et en même temps l’entreprise retenue pour la réalisation des travaux. Chose curieuse et bizarre.

Si en ces temps, nous avions cherché à savoir si ledit marché obtenu par l’entreprise X-GONE à l’issue d’un appel d’offres ou carrément un gré à gré est toujours d’actualité, force est de constater aujourd’hui qu’à peine 2 ans après réalisation des travaux à coup de centaines de millions de FCFA, le bâtiment présente un aspect bien triste qui nécessitera d’autres travaux.

Devoir de mémoire

Afin de permettre à nos lecteurs d’être au même niveau d’information, nous rappelons à nos lecteurs que le rapport de mission, version provisoire en ses pages 65 et 66 ressortait que « Par lettre n°060/SP/MCIDSPPCL/SG du 26 février 2019, le Ministre a demandé au Coordonnateur de prendre des dispositions pour que le CSFPPP finance à hauteur de cent cinquante millions (150.000.000) de francs CFA le coût d’aménagement du bâtiment principal qui s’élève à trois cent soixante-douze millions deux cent cinquante-cinq mille six cent quarante-huit (372 255 648) francs HT ».

Que retenir à la lecture des lignes précédentes ? Que pour rénover son bureau, le ministre Adédzé Kodjo a sollicité du CSFPPP un montant de 150.000.000 FCFA.
Et en réponse au courrier du ministre, l’ex-coordonnateur lui a répondu par courrier n°033/MCIDSPPCL/CSFPPP du 28 février 2019 qu’il marque son accord et souhaite avoir le planning des appels de fonds ainsi que le nom du bénéficiaire de paiement.
Précisons que les auditeurs avaient affirmé qu’un document intitulé modalités de paiement délivré par X-GONE BTP a été versé au dossier non plus pour trois cent soixante-douze millions deux cent cinquante-cinq mille six cent quarante-huit (372 255 648) francs HT mais pour trois cent trente-huit millions quatre cent quatorze mille deux cent vingt-cinq (338.414.225) FCFA HT soit trois cent quatre-vingt-dix-neuf millions trois cent vingt-huit mille sept cent quatre-vingt-six (399.328.786) FCFA TTC.

Par la suite et selon nos informations, 150 000 000 FCFA ont été libérés par chèques et en deux tranches à la société X-GONE BTP SARL par le CSFPPP dont l’unique signataire demeure à ce jour le Ministre en charge du Commerce, monsieur Adedze Kodjo.

Aujourd’hui, la question désolante que l’on pourrait se poser est de savoir comment les travaux ont été réalisés pour qu’en si peu de temps, cela nécessite d’autres racolages ?