Economie

Togo/ Approvisionnement en produits pétroliers : « Réformes » du ministre Adédzé, parlons-en !

Publié le mardi 8 juin 2021, par Lemessager-actu

Dans le dossier lié à l’approvisionnement en produits pétroliers au Togo, dont votre journal s’est intéressé depuis un temps, il a été toujours question pour la rédaction de se baser sur des faits qui sautent aux yeux et qui ne souffrent d’aucune zone d’ombre, afin d’étoffer l’argumentation abordée et permettre aux lecteurs et à l’opinion de se faire une idée sur le problème et d’en tirer la conclusion.

Les arguments avancés et les interrogations que nous nous sommes toujours posées dans nos éditions passées, ont permis à bon nombre de togolais de se rapprocher de la vérité, même si une partie de l’affaire est encore pendante devant la justice.

Si plusieurs personnes se sont intéressés à nos publications, et se sont d’ailleurs étonnées de l’exactitude des révélations faites, c’est la preuve palpable que nous ne racontons ni balivernes ni bobards.

Revenons-en sur l’approvisionnement en produits pétroliers au Togo et dont les réformes du ministre en charge du Commerce rencontreraient des réticences. A ce niveau, plusieurs questions valent et parmi elles, certaines que nous avons d’ailleurs soulevées dans nos éditions passées continuent de tarauder les esprits des d’observateurs avisés. De quelles réformes parlent-t-on ? Elles ont été faites à quel moment et comment ?

Voilà des questions qui méritent d’être posées et dont la recherche des réponses pourraient plus nous édifier sur ce qui s’est tramé dans ce qu’on a appelé « réformes ».

Un ministre peut-il imposer un mandataire au trader dans une relation d’affaires
Cette question, beaucoup d’observateurs se la posent. Pour un d’entre eux, « C’est la question de fond qu’il faut se poser quand le courrier d’un ministre semble défier les textes qui organisent le droit des affaires ». Pour ceux qui s’intéressent au dossier, c’est une question, qu’ils devraient se poser et tenter de trouver une réponse. Cela contribuerait à mieux les situer.

Qu’il y ait des réformes pour plus de transparence dans la commande des produits pétroliers, c’est tout à fait normal. C’est d’ailleurs le vœu de tous des consommateurs des produits pétroliers, qui attendent un soulagement si tant est que les réformes s’avèrent sincères et peuvent déboucher sur quelque chose de neuf et qui sort du cadre de ce qui se fait actuellement et qui semble faire objet de critiques. L’on se rappelle que le ministre Gilbert Bawara du Travail, avait déjà signifié, qu’il pouvait naturellement avoir parfois des disfonctionnements et des insuffisances, et que l’Etat envisagerait corriger à travers des réformes. Il avait même été soutenu par le ministre Trimua qui parlait lui aussi des réformes qu’envisage le gouvernement et qui allaient être rendues publiques le moment venu. C’est dire combien l’Etat togolais attache du prix au secteur pétrolier et surtout à son approvisionnement et ne saurait traiter de manière légère les réformes qui doivent intervenir. Surtout que le sujet fait objet d’intenses débats et de supputations avec des prétendus détournements de fonds.

Mais aussi paradoxale que cela puisse paraître, c’est une réforme cavalière qui ne tienne pas compte de simples pratiques en la matière qui est présentée. D’où l’inquiétude et ceci à juste titre, lorsque l’on regarde bien la composition de la nouvelle société créée et la coïncidence dans les dates de sa création.