Economie

Togo-Secteur pétrolier-Réformes fantômes : Le piège est-il en train de se refermer sur le piégeur ?

Publié le mardi 29 juin 2021, par Ahiable Raphael

Que va-t-il se passer désormais, après la découverte du pot-au-rose ? Le piège est-il en train de se refermer sur le piégeur ? Voilà des questions que beaucoup de Togolais se posent en ce moment, eu égard à certaines indiscrétions, et surtout, après que les médias ont mis sur la place publique, les intentions cachées derrière la création de deux sociétés Togo Negoce Petrole (TNP) et Société Togolaise d’Intermédiation Pétrolière (STIP) pour faire main basse sur l’ARGENT des Traders sous couvert de reformes fondées sur des mensonges.

Tout ceci, abusivement, sans honte et scrupules.

Alors que beaucoup attendaient qu’une nouvelle formule soit proposée dans les réformes annoncées dans le cadre de l’approvisionnement en produits pétroliers au Togo, un sujet qui fait polémique depuis des mois, grande a été la surprise, de constater que les réformes en question n’étaient en réalité qu’un alibis pour installer une nébuleuse.

Dans plusieurs de nos parutions, nous l’avons toujours martelé. Personne ne peut être contre une réforme si tant est que celle-ci est faite dans les règles de l’art et concourt à rectifier des manquements clairement constatés et surtout dans le but d’améliorer les choses.

En effet, une réforme, c’est bien un changement de caractère profond, radical apporté à quelque chose, à une pratique pour améliorer un fonctionnement qui avait cours et qui comporte des manquements ou des disfonctionnements.

Mais dans le cas d’espèce où la polémique, née de la confusion voulue à dessein, devrait être une occasion pour mieux faire les choses, non seulement les 6 frères DALTON avec à leur tête, le ministre du Commerce, de l’Industrie et de la Consommation locale Kodjo Adédzé, n’ont daigné respecter le minimum de règles en matière de réformes.

Ils se sont lancés unilatéralement à faire une prétendue réforme, mais, ils ont surtout montré qu’ils étaient plutôt animés par d’autres ambitions dont eux seuls maîtrisent les tenants et les aboutissants.

Il suffit de parcourir la composition du Conseil d’administration de TNP et celle des dirigeants de la STIP pour se rendre à l’évidence.

Aussi, toutes les coïncidences qui ont entouré certains faits dans ce dossier, amènent plutôt toute personne sérieuse, lucide et honnête à voir dans la démarche du ministre et de ses acolytes, une manière de vouloir chasser ceux qui avaient le contrôle dans la sécurisation des relâches et paiements des produits pétroliers, pour installer leurs proches.

Nous n’avons rien contre le ministre Adédzé comme certains petits malins esprits ont tendance à le faire croire. Mais seulement nous nous offusquons de la manière dont la démarche de cette supposée réforme est menée en catimini.

Et avec le temps, les faits ont fini par nous donner raison. C’est une stratégie bien organisée qui consiste à mettre les hommes de mains au contrôle de l’approvisionnement de notre pays en produits pétroliers.

Aujourd’hui, tout est su de tout le monde. Et si l’on a été obligé de confisquer entre temps les téléphones de certains membres du personnel administratif d’un certain service intervenant dans la création d’entreprises et de sociétés au Togo, pour vérifier qui a pu fournir les informations confidentielles aux médias, c’est dire combien, les faits que nous dénonçons n’étaient pas faux.

Si l’on a été capable d’agresser le directeur d’un certain service parce qu’on le soupçonnait d’avoir fait fuiter des informations qui auraient dû être publiques, c’est dire la panique de certains.

Lorsqu’on est honnête dans ses actions ou dans sa démarche, on est plutôt à l’aise dans toutes les décisions qu’on prend. En tant que ministre et initiateur des réformes dans l’approvisionnement en produits pétroliers au Togo, peut-il se sentir à l’aise, lorsque tout le monde dans le pays, du moins, ceux qui s’intéressent à ce dossier dit de pétrolegate, se rendent compte aujourd’hui, qu’en réalité, il s’agissait d’une démarche cavalière aux intérêts égoïstes ?
A suivre