Budget : 669 milliards FCFA pour renforcer l’inclusion sociale au Togo

0
355

L’axe 1 de la Feuille de route gouvernementale (FDR 2020-2025) vise à « renforcer l’inclusion et l’harmonie sociales et à garantir la paix ». Elle articule plusieurs objectifs pour accompagner les populations vers la réalisation de leur plein potentiel.

Par inclusion et harmonie sociales, le pays entend la valorisation de la diversité culturelle, le renforcement des mécanismes de participation démocratique et de gouvernance participative, la promotion de l’égalité des chances.

Cela inclut également qu’il soit garanti sur l’étendue du territoire un accès équitable aux opportunités économiques et sociales, en particulier pour les groupes marginalisés ; un dialogue intercommunautaire et la résolution pacifique des conflits ; la réconciliation…

C’est aussi synonyme de renforcement des institutions de sécurité et de justice pour garantir la protection des droits fondamentaux des citoyens.

Il faut un gros budget pour y arriver

La loi de finances du Togo, exercice 2024, s’établit en ressources et en charges à 2 179,1 milliards de francs CFA. Il est composé de recettes et de dépenses budgétaires, de ressources et de charges de trésorerie, de recettes et de dépenses des comptes spéciaux du Trésor.

Un rapprochement fait avec le budget de 2023 permet de se rendre compte que le budget 2024 connait une augmentation de 10,3 %. Et qu’aussi, c’est la première fois de l’histoire du pays que ce budget dépasse le niveau de 2 000 milliards de francs CFA.

À chaque axe son montant

Le budget de l’État 2024 a des allocations budgétaires alignées sur les axes stratégiques de la Feuille de route gouvernementale 2020-2025. 

La loi de finances, exercice 2024, consacre 669 186 668 000 francs CFA de ressources à l’axe 1 de la FDR. Le deuxième axe, intitulé « dynamiser la création d’emplois en s’appuyant sur les forces de l’économie », se voit accorder 419 363 033 000 francs CFA.

Enfin, le troisième axe se voit attribuer 304 451 095 000 francs CFA. Il est destiné, comme le dit l’intitulé, à « moderniser le pays et à renforcer ses structures ».