Insécurité en Afrique et lutte contre la prolifération des armes : Septembre, le « Mois de l’amnistie africaine »   

0
213

En raison de la grave crise sécuritaire en Afrique et plus particulièrement la partie occidentale du continent, l’Union Africaine a lancé en 2017 le projet intitulé « Faire taire les armes ». Un projet qui a poussé les Etats africains à renouveler leur engagement en décembre 2020 pour déclarer chaque mois de septembre de l’année « Mois de l’Amnistie Africaine » afin de permettre aux civils qui détiennent illégalement des armes de les remettre aux autorités compétentes. Cette année, le Togo va célébrer l’évènement sur le plan local avec l’appui du Bureau de Désarmement auprès des Nations Unies (UNODA) et la Commission de l’Union Africaine.

Le mois de septembre s’ouvre le jeudi prochain. Conformément à son engagement pris devant l’Union Africaine de déclarer ce mois « Mois de l’Amnistie Africaine » en soutien au projet phare de l’organisation intitulé « Faire taire les armes », le Togo va célébrer l’évènement avec l’appui de ses partenaires à travers la Commission Nationale de lutte contre la prolifération, la circulation et le trafic illicite des armes légères et de petit calibre (CNLPAL). Au cours de ce mois, une campagne de sensibilisation sera organisée pour amener tous ceux qui détiennent illégalement des armes à les remettre aux autorités compétentes. L’initiative vise à contribuer à la réduction de la détention d’armes de manière irrégulière ou illégale par les personnes privées et partant à l’éradication de la violence armée en se solidarisant avec l’Union Africaine dans son aspiration à « faire taire les armes d’ici 2030 » dont l’un des projets clés est la célébration annuelle du mois de l’Amnistie pour la remise volontaire des Armes.

Au cours de cette campagne, il sera question de sensibiliser les populations sur les dangers liés à la prolifération et à la détention illégale des armes et munitions. Il sera aussi question de renforcer les capacités des acteurs publics et locaux sur les principes et aspects de la police de proximité et sur le concept de l’amnistie des armes ainsi que sur l’éducation à la paix ; de collecter des armes illégalement détenues par les civils et régulariser le statut administratif des armes irrégulièrement détenues sans répression ni sanction. « Dans le but de mieux gérer la campagne de l’Amnistie des Armes, le projet prévoit d’accompagner les acteurs publics (communes, forces de défense et de sécurité) ainsi que les autorités locales sur les procédés du concept de l’Amnistie des Armes et sur la mise en œuvre de la police de proximité ainsi qu’à l’éducation à la paix, gages de la responsabilisation de la population » apprend-on de source officielle.

 Précision utile, les armes collectées au cours de cette campagne seront détruites publiquement à la fin des opérations de collecte dans le District Autonome du Grand Lomé, en présence des autorités, des partenaires, de la population de chaque région ciblée par le projet. A la fin des opérations, l’autorité fera le suivi et l’évaluation du projet et l’établissement de la base de données.

Notons que les zones d’intervention du projet de sensibilisation concernent les régions des Savanes, Kara et centrale et dans une certaine mesure dans certaines préfectures frontalières des régions Plateaux, Maritime et Grand Lomé.

                                                                                                                                      La rédaction

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici