L’agriculture togolaise et l’ARAA : Que retenir ?

0
24

De 2017 à 2018, le Togo a assuré la présidence tournante de la CEDEAO et de toutes ses institutions dont l’ARAA. Sous l’égide togolaise, l’agence a enregistré de bons rendements qui ont profité à l’ensemble de la sous-région et au Togo en particulier.

L’Agence Régionale pour l’Agriculture et l’Alimentation (ARAA) est une initiative de la Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO). Elle vise à assurer l’exécution technique des programmes et plans d’investissement régionaux concourant à l’opérationnalisation de la politique agricole. Cette agence dont le siège se trouve à Lomé, s’appuie sur les institutions, organismes et acteurs régionaux qui disposent de compétences avérées.

L’ARAA joue un rôle important dans la lutte contre l’insécurité alimentaire dans l’espace CEDEAO. Entres autres choses, elle permet d’accroître la productivité agricole. L’Agence a renforcé les capacités des cadres de 15 Etats membres de la CEDEAO sur la formulation des projets, les changements climatiques en agriculture et les filets sociaux de sécurité. Ces cadres ont également bénéficié des formations sur la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

Accès au financement

Des femmes ont pu accéder aux crédits pour développer leurs activités agricoles. L’accès au crédit intrant a permis aux agriculteurs d’obtenir des produits agricoles y compris l’engrais à un prix réduit. Conséquence directe, augmentation du rendement agricole. Par ailleurs, l’absence de crédit à taux d’intérêt usuraire permet aux producteurs d’être indépendants vis-à-vis des acheteurs, de choisir la période la plus favorable pour vendre les céréales et de pouvoir réaliser des ventes de façon groupée, ce qui permet de dégager de meilleurs revenus issus de la vente des céréales. Pour les producteurs les plus aisés, le crédit intrant a permis d’accroître les superficies cultivées, et donc leur revenu agricole.

La lutte contre les mouches des fruits dans près d’une dizaine d’Etats ; l’appui aux pays dans la prise en compte de la nutrition ; la protection sociale et le droit à l’alimentation dans les documents de politique ; la réalisation d’études de capitalisation sur la promotion de l’emploi des jeunes dans le secteur agropastoral ; le renforcement des capacités des organisations des producteurs au niveau régional sont entre autres des objectifs poursuivis par l’agence. En outre, l’Araa a permis aux producteurs togolais de faire face aux difficultés de financement du secteur agricole.

Elle a favorisé l’accès au crédit agricole sur les filières vivrières pour les petits producteurs ouest africains et renforcé la sécurité alimentaire.

Il y a un peu plus de deux ans le ministre togolais des Affaires étrangères et de la Coopération régionale, alors président du Conseil des ministres de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Robert Dussey, et Feu Marcel de Souza, alors président de la Commission de cette Communauté, magnifiaient tous deux les succès de ARAA, dans la mise en œuvre de la politique agricole régionale, à la faveur d’une présentation qui leur avait été faite par le directeur exécutif de l’ARAA, Ousseini Salifou, sur le cadre institutionnel, le mandat et les principales réalisations de l’Agence depuis son lancement officiel en septembre 2013.

L’ARAA, faut-il le rappeler, est chargée d’assurer l’exécution technique des programmes et plans d’investissement régionaux concourant à l’opérationnalisation de la politique agricole régionale en s’appuyant sur les institutions, organismes et acteurs régionaux disposant de compétences avérées.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici