Les vérités d’Abéyomé Kodjo qui continuent par faire grincer les dents au sein de l’opposition: « Ceux qui n’ont pas répondu ou ceux qui contestent, ils n’ont pas l’expertise que j’ai sur les sujets pour lesquels on m’a appelé »

0
317

Invité lundi 17 octobre 2016 dans l’émission ‘’Toc Toc’’ du confrère de LCF, Agbéyomé kodjo, ancien directeur général du Port Autonome de Lomé et ancien ministre de Feu Eyadéma, n’est pas allé par quatre chemins pour dénoncer le comportement de certains responsables de l’opposition qui ont boudé le sommet extraordinaire de l’Union Africaine sur la sûreté, la sécurité maritimes et le développement, en refusant d’y participer ou d’apporter leurs contributions.

« Là où l’intérêt national se trouve, majorité, opposition, société civile, nous devons du moins faire bloc », a laissé entendre Agbéyomé Kodjo, également président du parti Organisation pour Bâtir dans l’Union un Togo Solidaire(OBUTS).

Une réponse en quelque sorte à ceux qui critiquent le sommet et qui ont même tenté de le saboter en organisant des activités parallèles, tels, le colloque de CAP2015 et autres…« Ceux qui n’ont pas répondu ou ceux qui contestent, ils n’ont pas l’expertise que j’ai sur les sujets pour lesquels on m’a appelé », a fait savoir le patron de OBUTS pour qui, chacun écrit son histoire et que lui en n’a écrit la sienne.
Tout en critiquant la communication qui n’a pas été à la hauteur de l’événement, du fait que la population n’a pas adhéré au sommet, Agbéyomé Kodjo juge l’organisation du sommet globalement bonne. Pour lui, il fallait suffisamment expliquer aux populations le bien fondé de l’organisation du sommet pour que la mobilisation et l’adhésion de celle-ci soient autres que ce qu’on n’a vu.

Le patron de OBUTS veut que le Togo demande rapidement une réunion de la CEDEAO en vue de faire un lobbying pour que soit ratifiée la charte, afin qu’elle puisse entrer en vigueur. Et pour cela l’on n’a besoin de la ratification d’au moins 15 pays, or la CEDEAO en compte une quainzaine.

S’agissant du fait que le Sénégal n’ait pas adhéré à la charte pour des motifs liés à la forme (coquilles, formulations, des mots qui ne sont pas bien mis etc…), monsieur Kodjo, a estimé qu’il fallait arrêter de divertir étant entendu que lors des débats au comité des experts, il y avait un représentant de l’Etat Sénégalais, qui pouvait faire ces remarques afin qu’elles puissent être intégrées. Pour lui, il faut se référer à la, citation du général De Gaulle, qui disait que les Etats n’ont pas d’amis, mais des intérêts.

La création du Haut Conseil pour la Mer, la mise en place de la préfecture maritime, ce n’est pas pour rien, et donc le Togo avait intérêt à organiser ce sommet, estime-t-il. Lutter contre la piraterie c’est contribuer à la compétitivité et faire face aux besoins sociaux.

Enfin pour le patron de OBUTS, « l’événement du Togo fera date dans l’histoire ».
Ces déclarations n’ont visiblement pas plu certains du côté de l’opposition, du moins ceux qui se sentent « morveux ». L es indiscrétions font état de ce que les responsables de l’ANC de Jean-Pierre Fabre, n’ont pas digéré l’attitude d’Agbéyomé Kodjo, et ils s’apprêteraient à lui rendre le coup.

Il n’y a pas longtemps, Isabelle Améganvi, deuxième vice présidente de l’ANC s’en est pris vertement à certains responsables politiques de l’opposition dont Agbéyomé Kodjo, en les assimilant à des commis du pouvoir. Il n’en fallait pas plus comme cette occasion de l’émission ‘’Toc Toc’’ du 17 octobre pour le leader de OBUTS pour rendre à dame Isabelle la pièce de sa monnaie.

Comme quoi, lorsque tu regarde le derrière de ton ami, sache qu’il y aussi quelqu’un qui regarde ton derrière.

On attend de voir, comment ceux-là qui grincent les dents vont régir pour rendre le coup à Agbéyomé Kodjo qui dit assumer pleinement ses propos et donc visiblement bien préparé.
(Agbéyomé Kodjo en image)

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici