L’opposition ne cesse de multiplier les conditions préalables

0
86

Les émissaires du président Ghanéen, Nana Akufo-Addo, facilitateur de premier plan dans la crise togolaise ont rencontré mardi dans un hôtel de Lomé, les responsables politiques de l’opposition et du pouvoir.

Premier acteur rencontré, une délégation de l’opposition conduite par le leader de l’ANC, Jean-Pierre Fabre.

A la sortie des entretiens avec l’opposition, Albert Kan-Dapaah, le ministre de la sécurité (chef de la délégation Ghanéenne), a confié à la presse que la situation actuelle du pays, inquiète la sous-région, d’ailleurs plongée dans des interminables attentats de tout genre.

‘Le mandat a été donné au président ghanéen par ses pairs de la sous-région et il a, depuis quelques jours, pris langue avec l’opposition et le pouvoir en place au Togo ici et au Ghana. Nous croyons fort que le temps est maintenant propice pour démarrer le dialogue entre les deux parties’, a indiqué M. Kan-Dapaah.

Il a affiché son optimisme en ce qui concerne la recherche du consensus pour l’ouverture du dialogue, auquel appelle depuis des mois la communauté internationale.

Jean-Pierre Fabre, leader de l’ANC, conduisant la forte délégation, a indiqué que les échanges ont permis à l’opposition de soumettre et présenter les mesures d’apaisement à l’émissaire pour le pouvoir afin de l’ouverture prochaine du cadre.

‘Nous avons fait des propositions, la délégation ghanéenne va les présenter au pouvoir en place et on verra la suite’, a déclaré M. Fabre.

La délégation, qui a par la suite rencontré le parti présidentiel devra selon les sources retourner à Accra rendre compte avant qu’un compte rendu final soit fait au président Faure Gnassingbé.

La crise actuelle que traverse le pays, remonte à mi-aout. L’opposition manifesté pour demander les réformes politiques, la limitation du mandat présidentiel, le nombre du scrutin à deux, le vote de la diaspora ou bref, faire rétablir à la constitution de 1992.

Le gouvernement a envoyé un texte à l’assemblée nationale, jugé ‘insuffisant’ par l’opposition, qui a boycotté les séances, ne permettant pas d’adopter le texte, faute du quorum nécessaire.

Mais le projet de loi étant voté au 2/3, ouvrant la voie du référendum.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici