Projet WACA ResIP: Les Parlementaires, préfets et des élus locaux sensibilisés

0
14

Plusieurs rencontres d’échanges et de formations à l’endroit des parlementaires, des préfets et des élus locaux sur le projet d’Investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP ) se tiennent dans trois localités sur toute l’étendue du territoire. La première a démarré le lundi dernier à Lomé. Des rencontres à l’initiative du ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, qui visent à mieux outiller les participants sur le projet WACA afin qu’ils servent de relais d’information dans leur contrées respectives.

Selon le Directeur de Cabinet du Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières, KODZO Kudadzé, le projet WACA ResIP est aussi une réponse collective des pays côtiers aux besoins urgents de lutter contre la dégradation de leur littoral, notamment l’érosion côtière, suivant une approche régionale et intégrée.

« L’érosion côtière et plus largement le changement climatique constituent de nos jours des menaces réelles vis-à-vis desquelles nos communautés sont démunis. Le Gouvernement togolais, a très vite cerné ces défis et, à travers le ministère de l’Environnement et des Ressources forestières, initié le projet d’investissement de résilience des zones côtières en Afrique de l’Ouest (WACA ResIP) avec l’appui de la Banque mondiale et du Fonds pour l’environnement mondial », a-t-il indiqué.

Pour le préfet d’Agoè Nyivé, Hodabalo Awadé, le projet vient à point nommé résoudre entre autres, les problèmes de l’érosion côtière qui conduit à la disparition des maisons, des villes, des villages, des routes et menace les activités économiques.

« Notre engagement consiste à respecter les mesures retenues pour lutter contre la dégradation du littoral », a fait savoir le préfet, qui a en outre salué l’initiative.

Les villes d’Aného et de Tsévié sont entre autres localités qui vont accueillir cette rencontre de sensibilisation à l’endroit des parlementaires, des préfets et des élus locaux.
Germain DOUBIDJI

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici