Togo-Bitumage : Les routes de la région centrale reviennent à la vie

0
406

Le bitumage accéléré des routes dans la région centrale améliore l’accessibilité, la connectivité et le développement économique de cette région du pays. C’est cela tout le sens de la politique des grands travaux d’infrastructures routières que porte le chef de l’État Faure Gnassingbé depuis des années.

Les retombées et les implications de cette politique sont nombreuses. La région centrale change complètement de look.

Les travaux déjà réalisés dans la zone facilitent le déplacement des personnes et des marchandises. Ils réduisent les temps de trajet, renforcent les échanges commerciaux et facilitent l’accès aux services de base tels que les soins de santé et l’éducation, etc.

Financement

En juin 2022, la Banque ouest-africaine de développement (BOAD) a alloué 53 milliards de francs CFA à des projets d’infrastructures au Togo.

Précisément, une première enveloppe de 28 milliards de francs est destinée à l’aménagement et au bitumage du tronçon Aléhéridè-Kpaza-Tchamberi dans la région centrale. Sa réalisation va désenclaver la zone, faciliter les échanges économiques, sociaux et culturels au niveau national et sous-régional, sans oublier la résolution du problème de l’insécurité routière. 

Le second financement d’un montant de 25 milliards de francs, est destiné à la construction d’une centrale solaire photovoltaïque à Awandjélo, dans la région de la Kara. La centrale diversifiera le mix énergétique et réduira les coûts de production de l’énergie.

Le tronçon Aléhéridè-Kpaza-Tchamberi

En novembre 2023, les autorités indiquaient qu’il allait bientôt être bitumé. Le gouvernement s’apprêtait jadis à lancer les travaux d’aménagement et de bitumage du tronçon.

Le ministère des Travaux publics a lancé dans le même mois un avis d’appel d’offres international jusqu’au 23 janvier 2024 pour le recrutement de l’entreprise chargée de la réalisation du projet.

Le prestataire sélectionné va maintenant effectuer les travaux de dégagement des emprises, de terrassement, de la mise en œuvre de la chaussée et du revêtement, de l’éclairage public.

Le tronçon est long de 30 km. Il va être doté d’une chaussée de 7,4 m de largeur. Une fois achevé, l’ouvrage permettra de désenclaver cette zone proche de la Nationale 1. Ainsi que prévu pour le projet, des réalisations connexes (comme des forages, des bâtiments de classes, des installations marchandes et d’assainissement) vont aussi être mises en place.