Togo-Nouvelle constitution : Ce que dit la conférence des chefs d’État de la CEDEAO

0
513

La 65ème session ordinaire des chefs d’État et de gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) s’est tenue le dimanche 07 juillet 2004 à Abuja au Nigeria. Sept(07) chefs d’État et plusieurs ministres des affaires étrangères représentant leur pays y étaient. Le Togo a été représenté par le ministre des Affaires Étrangères, le Professeur Robert Dussey.

A cette session plusieurs rapports ont été soumis et approuvés par la conférence des chefs d’État et de gouvernement de l’organisation.

« En ce qui concerne le Togo, la Conférence prend note de l’adoption d’une nouvelle Constitution par l’Assemblée nationale. Elle félicite le Gouvernement et le peuple pour le bon déroulement des élections législatives et régionales. La Conférence encourage les autorités et les parties prenantes togolaises à continuer à privilégier le dialogue en faveur de la cohésion sociale et de l’unité nationale », indique le communiqué final.

La conférence s’est également prononcée sur la situation entre la CEDEAO et l’Alliance des États du Sahel (AES) qui compose le Mali, le Niger et le Burkina Faso qui ont quitté l’organisation. Les chefs d’État et de Gouvernement réunis à Abuja, tout en exprimant leur déception face au manque de progrès dans les interactions avec les autorités de ces 03 pays, ont « instruit le Président de la Commission de faciliter une approche plus vigoureuse conformément aux décisions du Sommet Extraordinaire du 24 février 2024 ».

« En ce qui concerne la situation avec l’Alliance des États du Sahel (AES), la Conférence exprime sa déception face au manque de progrès dans les interactions avec les autorités du Burkina Faso, du Mali et du Niger et instruit le Président de la Commission de faciliter une approche plus vigoureuse conformément aux décisions du Sommet Extraordinaire du 24 février 2024. En outre, la Conférence demande à la Commission d’élaborer un plan d’urgence prospectif à son intention pour faire face à toutes les éventualités dans les relations avec les pays de l’AES, en tenant compte des exigences de l’article 91 du Traité révisé de la CEDEAO de 1993. En outre, la Conférence instruit la Commission de soutenir tous les efforts de médiation en cours en vue de mettre fin aux tensions entre la République du Bénin et la République du Niger », précise le communiqué final qui ajoute en outre que « la Conférence désigne S.E. Bassirou Diomaye Diakhar Faye, Président de la République du Sénégal comme Facilitateur de la CEDEAO dans les discussions de la Communauté avec l’AES (Burkina Faso, Mali, Niger), en collaboration avec S.E. Faure Essozimna Gnassingbé, Président de la République Togolaise ».

 Ont également participé à la session, les personnalités telles que Omar Alieu Touray, Président de la Commission de la CEDEAO ; Abdoulaye Diop, Président de la Commission de l’UEMOA ; Leonardo Santos Simão, Représentant Spécial du Secrétaire Général des Nations Unies pour l’Afrique de l’Ouest et le Sahel (UNOWAS) et  Amb. Bankole Adeoye, Commissaire aux Affaires Politiques, à la Paix et à la Sécurité de l’Union Africaine.