Dialogue : ces préalables qui risquent de tout retarder !

0
21

Malgré les appels des partenaires, des médiateurs depuis des mois pour l’ouverture d’un dialogue politique au Togo, c’est toujours le statut quo. Rien n’a bougé d’un seul iota. Pouvoir et opposition s’entredéchirent sur le format de ces futures discussions devant aplanir les divergences et poser les bases du retour de la confiance mutuelle entre les deux camps.

L’opposition qui réclame les réformes constitutionnelles posent des préalables quelques peu exagérées et que le pouvoir récuse à s’exécuter.

Au fil des jours, le ring n’a toujours pas changé et risque de retarder les efforts des médiateurs et des partenaires en coulisse.

En effet, au lendemain (mardi 16 janvier à Conakry) d’une rencontre entre six responsables de l’opposition et le président guinéen Alpha Condé, médiateur de la crise togolaise, rien ne semble présager que le dialogue prévu sur la semaine prochaine, les 23 et 26 comme il serait convenu entre l’opposition et le président Alpha Condé se tiendra.

Selon le communiqué de presse rendu public par la présidence guinéenne sur la rencontre, l’opposition continue de réclamer la libération de tous les détenus, la levée des mesures judiciaires imposées à certains cadres de l’opposition dans le cadre des affaires des incendies, la levée de la mesure de l’état de siège dans certaines villes, le casernement de l’armée, l’autorisation des manifestations dans certaines villes du nord, etc…

Des préalables, que le régime en place estime avoir satisfait dans la limite des possibilités précisant notamment l’élargissement d’une soixantaine de détenus, le casernement de lm’armée et le retour de la police et gendarmerie etc…
Si ce bras de fer devrait se poursuivre en ce qui concerne la satisfaction totale des préalables, les togolais doivent s’attendre simplement à l’impossible dialogue au Togo et le maintien du statut quo.

Vivement que le bon sens règnera pour un retour au calme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici