Problématique des révisions constitutionnelles en Afrique :  Une reunion de l’AA-HJF se  penche sur la question  à Lomé

0
496

L’Association Africaines des Hautes Juridictions Francophones (AA-HJF) tient depuis ce lundi 12 décembre 2022 à Lomé, ses 18èmes assises statutaires sous le thème « l’État de droit et la problématique des révisions constitutionnelles en Afrique« .

Cette rencontre qui réunit entre autres les constitutionnalistes , les éminents chercheurs et intellectuels, va leur permettre de réfléchir principalement sur la problématique des révisions constitutionnelles dans l’espace francophone.

Au cours des échanges, les participants vont pouvoir ainsi, dégager les impacts positives et négatives des révisions constitutionnelles sur les fondamentaux de l’État de droit en Afrique, faire une cartographie des révisions constitutionnelles en Afrique et en tirer les leçons, examiner le contrôle des révisions constitutionnelles par les juridictions constitutionnelles, évaluer l’implication des juridictions internationales dans les révisions constitutionnelles en Afrique.

L’objectif , c’est de dégager les tendances,de tirer les enseignements des meilleurs pratiques des uns et des autres pour aller vers une standardisation du processus de révision constitutionnelle en Afrique.

Le thème de cette rencontre selon Victoire Tomégah-Dogbé, premier ministre du Togo, reflète parfaitement la nécessité de poursuivre l’ancrage des valeurs de l’État de droit.

Elle a souligné que le choix de ce thème est d’autant plus pertinent que ce colloque intervient dans un contexte où la sous région est au prise avec des manifestations d’instabilité politique liées parfois au crise sécuritaire.

« Le présent colloque doit être une opportunité pour ouvrir les débats sur l’apport du cadre constitutionnel qui est le nôtre à nos ambitions de développement« , a fait savoir la cheffe du gouvernement.

Elle a suggéré aux participants, de prendre en compte, dans leurs analyses,  les réalités culturelles et les mœurs de l’Afrique car selon lui, il n’y a pas de modèle prêt à porter en démocratie.

De son côté, le président du Conseil d’administration de l’AA-HJF et président de la Cour suprême du Bénin, Victor Dassi ADOSSOU , a relevé que le choix du thème de la rencontre est une manifestation des juges,  de jouer toute leur partition dans l’édification de l’État de droit en Afrique.

Il a également affirmé que les révisions constitutionnelles sont nécessaires aux États, toutefois, il note que certaines révisions sur le continent africain sont devenus polémique .

 » Cette rencontre a été pensée pour nous permettre de jetter un regard scientifique, critique de juge sur les révisions constitutionnelles dans nos états singulièrement dans leur rapport avec l’État de droit« , a t-il indiqué.

Les grandes conclusions des travaux  prévus pour prendre fin  demain mercredi seront mises à la disposition des décideurs politiques des Etats.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici