Libération des 3 militaires ivoiriens : Kandia Camara congratule Faure

0
205

Trois (03) des 49 militaires Ivoiriens détenus au Mali depuis le 10 juillet 2022, ont été libérés. L’annonce a été faite à Lomé la semaine dernière, lors d’un point de presse en présence de Fidèle Sarassoro, le directeur du cabinet du Président ivoirien, du ministre Malien des Affaires étrangères Abdoulaye Diop, et de son homologue togolais, Robert Dussey. Les soldats libérés, trois femmes, sont passées par Lomé pour être remises aux autorités ivoiriennes présentes également à Lomé pour la circonstance, avant leur arrivée à Abidjan où les attendaient à l’aéroport, la ministre Ivoirienne d’Etat, des Affaires étrangères, de l’Intégration Africaine et de la diaspora, Kandia CAMARA et les familles respectives.

« Je voudrais remercier le Président du Togo, son Excellence Faure Gnassingbé pour sa médiation. Je voudrais lui exprimer toute notre reconnaissance pour cette médiation au bénéfice de nos états, Malien et Ivoirien, mais  aussi au bénéfice de la sous-régions », a laissé entendre la ministre Ivoirienne d’Etat, des Affaires étrangères, de l’Intégration Africaine et de la diaspora, Kandia CAMARA dès l’arrivée des 3 soldats.

 Cette libération a été possible grâce aux différentes médiations, dont celle du président de la république Togolaise Faure Gnassingbé , en premier plan d’ailleurs,  et qui  est également l’un des artisans  de la  levée des sanctions que  de la CEDEAO avait  infligées au Mali après la prise du pouvoir par  le Colonel Assimi Goïta. C’est donc une médiation qui porte ses fruits avec cette libération « test » et à des « fins humanitaires ».

« Je voudrais vous annoncer que le président de la transition, le président de la République du Mali Assimi Goïta a accepté de procéder à la libération de certains prisonniers. Les trois soldats sont des soldats féminins. Les discussions sont en cours pour que très rapidement, les autres soldats en détention puissent retrouver leur liberté totale », a déclaré M. Dussey lors de la conférence de presse à Lomé quelques heures  avant même l’arrivée des 3 soldats à Lomé.   

L’émissaire du président Alassane Ouatara, le directeur de cabinet de la  présidence ivoirienne, Fidèle Sarassoro,  a pour sa part, émis des regrets sur le fait que des manquements et des incompréhensions ont pu conduire à la situation qui prévaut entre le Mali et son pays la Côte d’Ivoire,  qui sont pourtant deux pays frères et amis.  

« 49 soldats ivoiriens déployés au Mali, ont été interpellés le 10 juillet 2022 à l’aéroport de Bamako au motif que leur arrivée sur le sol malien, n’avait pas fait l’objet de notification, ni d’autorisation préalable. La République de la Côte d’Ivoire déplore que des manquements et des incompréhensions aient été à l’origine de cet événement fortement regrettable », a  fait savoir M. Sarassoro. Selon lui, les autorités Ivoiriennes entendent  continuer par  maintenir des relations de bon voisinage avec le Mali. Pour ce faire, il a fait part de l’engagement de son pays à respecter les règles établies par les autorités maliennes.

« La République de Côte d’Ivoire … s’engage à respecter les procédures des Nations unies ainsi que les nouvelles règles et dispositions maliennes édictées, relatives au déploiement des forces militaires au Mali », s’est-il engagé, car , il est « nécessaire d’aplanir les divergences existantes et de contribuer ainsi à la préservation de la paix et de la stabilité dans la sous-région ».  D’où l’engagement pris au nom de son pays à poursuivre de manière transparente et constructive avec le Mali, les échanges et les discussions sur tous les sujets d’intérêt commun.

 Sur le même sujet, le confrère du site d’information togobreakingnews.info écrit que « du côté du Mali, on se garde de se prononcer pour l’heure sur cette issue. Mais des sources diplomatiques, on apprend que pour les autorités maliennes, il s’agit d’une libération test pour prouver la bonne foi des dirigeants du pays à œuvrer pour le dénouement de l’affaire ».

Selon toujours togobreakingnews.info, « Bamako attend que Abidjan remplisse un certain nombre d’engagements pris et change de posture au sujet de certaines exigences maliennes pour faciliter l’aboutissement heureux de l’affaire ».

 Les 46 soldats restants pourraient être libérés à la suite de la médiation que le président togolais entend poursuivre avec les deux parties.

Pour rappel, les autorités Maliennes avaient considéré les 49 soldats ivoiriens présents au  Mali le 10 juillet 2022 à l’aéroport de Bamako, comme étant des  mercenaires. Ce qu’ont réfuté les autorités ivoiriennes, estimant que leur présence était dans le cadre d’une mission de l’ONU. 

Mais une note de l’ONU au sujet de cette affaire avait contribué à raviver les tensions et les incompréhensions.  

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici