Tribune : Appel à une nouvelle Opposition au Togo…

0
133

Besoin d’une nouvelle opposition au Togo. Une opposition capable de gagner la confiance de la communauté internationale, une opposition politique, outillée et apte à défendre à tous prix l’intérêt du peuple. Au point de chute de la marche du 30 Novembre 2017, Jean-Pierre Fabre, le Leader de l’ANC lançait un appel à une certaine catégorie de Togolais pour qu’ils puissent le suivre, les suivre. C’est vraiment étonnant. Demander aux médecins, aux Avocats, aux universitaires de le rejoindre dans la rue ?

Quel médecin sérieux peut suivre Jean-Pierre Fabre ou Tikpi Atchadam ? Le premier : Jean-Pierre Fabre, Chef de file de l’Opposition Togolaise. Il n’a aucune vision, aucun projet fiable, viable et réaliste à proposer ni à la communauté nationale, ni à la communauté internationale. Et même s’il en a, il est loin de l’exprimer dans un discours politique cohérent. Il sait trop bien s’embrouiller. Il est donc loin de mettre en confiance des partenaires internationaux sérieux.

Il ne peut réfléchir sérieusement pour concevoir un véritable projet de société pour ce pays.

Le second : Tikpi Atchadam Salifou, le nouveau chef de la mobilisation populaire au Togo. Il a un langage politique poignant, lui. Il lit d’ailleurs beaucoup.

Sa bibliothèque bien remplie d’ouvrages de révolutionnaires panafricains. Il les admire. C’est bien. Mais des illusionnistes « Sankaristes », le monde n’en a plus besoin. Pire, il profiterait de la situation politique et socioéconomique insalubre du pays pour pactiser avec des réseaux douteux. On parle de réseaux d’islamistes, de terroristes et de mafias de drogue. Il sait secouer le cocotier mais ne sait en cueillir les fruits. Même s’il tente depuis quelques jours d’inviter ses militants et partisans à la non violence, les esprits éveillés savent très bien que mettre le pays dans un état de violence inouïes qui pourrait coûter le fauteuil présidentiel à Faure, est son plan. Il ne peut pas être pris au sérieux. Atchadam n’est qu’un autre Fabre ! Juste des agitateurs.
Quels Avocats, notaires sérieux peuvent suivre Jean-Pierre Fabre? Jean-Pierre Fabre qui n’a aucun projet, qui n’aucun projet par rapport au système judiciaire du pays. Jean-Pierre Fabre qui ne peut convaincre en rien.
Quels Universitaires sérieux peuvent suivre Tikpi Atchadam Salifou? Tikpi Atchadam Salifou qui ne pense arracher le pouvoir que par la rue ? Quel esprit éveillé peut suivre ces messieurs qui ne peuvent proposer aucun projet pragmatique pour l’avènement d’une nouvelle société togolaise en ce qui concerne le développement du pays, son avenir ?
Qui de sérieux peut suivre ces messieurs de l’Opposition, qui ne comprennent rien de la politique ? C’est malheureusement une triste réalité africaine. Les Oppositions africaines ont cela en partage. Hamidou Anne, chroniqueur du journal Le Monde Afrique s’en indignait dans une de ses chroniques en juin 2017 : « Dans toute leur évolution, les oppositions manquent cruellement de propositions pertinentes autres que des invectives et une litanie d’absurdités. Les citoyens ne méritent pas, selon eux, le respect qui exige de proposer un projet de société, un programme ou, a minima, des propositions qui laissent au moins croire à une réflexion sérieuse en amont. En un mot, nos hommes politiques nous font honte !».
Nos Opposants sont incapables de se constituer en une véritable force de contrôle du Pouvoir, de pression ou de veille citoyenne. Une alternative crédible. Ils ont plutôt choisi de se focaliser exclusivement sur la conquête du Pouvoir en surfant sur la misère et les frustrations des populations. Au Togo, 27 ans de combat politique n’ont toujours pas suffit à l’Opposition de réaliser l’alternance, ou du moins d’impacter positivement la gouvernance du pays.
Des diplomates sérieux auraient confié que le malheur des Togolais, c’est d’avoir des leaders de l’Opposition de l’acabit de Jean-Pierre Fabre comme Chef de file de l’Opposition. Un homme qui n’a aucune maitrise de la donne politique nationale et internationale.
Combien d’intellectuels ne sont-ils pas allés voir Jean-Pierre Fabre pour lui faire des propositions réalistes et réalisables?
Combien d’économistes ne sont-ils pas allés voir des leaders de l’Opposition Fabre pour leurs faire des propositions en ce qui concerne comment pourraient-ils s’organiser pour se constituer en alternative crédible pour le Togo de demain ?
Combien d’universitaires, d’agrégés n’ont-ils pas proposé leur collaboration à l’Opposition pour accoucher des réflexions de stratégies de combat politique dénué de passions improductives ?
Combien de voix diplomatiques ou de Togolais sérieux ne sont-ils pas allés voir des leaders de l’Opposition, notamment ceux de la C14 pour leur demander d’accepter le projet du Gouvernement et de proposer d’autres choses par après ?
Ils sont tous repartis tous déçus… eux tous ont toujours affirmé : « Nous avons des leaders de l’Opposition qui ne sont pas politiciens. Raison pour laquelle ils agissent de la sorte. Ils ne savent pas saisir les opportunités en politique, et ensuite en créer d’autres beaucoup plus à leur avantage».
C’est ça la vérité ! Nous avons une Opposition « radicale » de toutes les contradictions, au Togo. Et les regroupements qui en naissent depuis 1991 ne sont que des châteaux de sable. Au sein de nouvelle trouvaille de l’Opposition togolaise, les choses n’iraient pas autrement. Déjà, certains responsables politiques aux lignes politiques modérées sont entrain affichent toute leur déception. Ils ne savent s’il faut continuer la lutte ensemble avec cette caste de leaders activistes politiques ou s’il faut s’en éloigner. En tout cas, parfois, la nature elle-même sait imposer des choses. Hamidou Anne évoquent des raisons qui schématisent parfaitement cette Opposition togolaise : « Entre regroupements contre nature, renonciations idéologiques et opportunisme compulsif, les oppositions n’inspirent plus confiance et poussent même des électeurs désabusés à voter pour des régimes qui pourtant ne gouvernent ni dans la vertu ni dans le respect de leurs engagements. Car, au fur et à mesure de leurs reniements et de leurs postures alambiquées, elles montrent que seul le pouvoir les intéresse et non la volonté d’apporter des ruptures transformatrices dans l’intérêt, notamment, des plus pauvres. »
Une nouvelle Opposition s’impose au Togo. Elle arrive, l’émergence d’un nouveau leadership politique de rupture et de progrès dont nous pourrions nous sentir, enfin, fiers.
Il le faut pour mettre fin à près de 30 ans d’errance politique de l’Opposition au Togo.

Patrice MADJE

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici