Togo-Secteur pétrolier- fameux audit des inspecteurs des finances à la création des sociétés TNP et STIP: Des questions tout de même légitimes…

0
77

Le dossier relatif au secteur pétrolier et dans lequel un procès est actuellement pendant devant la Cour d’appel de Lomé continue de susciter des interrogations. A l’origine, certains se sont posés la question de savoir ce qui a pu pousser des gens à opter pour une mission d’audit, en lieu et place d’une réconciliation des données comme ce fut le cas durant des années passées.  Mais avec le temps, la vérité a fini par jaillir, et les Togolais ont compris le plan qui a conduit certains à commanditer unilatéralement un audit.  Unilatéralement, d’autant plus que le gouvernement, à en croire le ministre Trimua, qui est de surcroît le porte-parole, « n’a jamais demandé un audit du secteur pétrolier ».

Dans cette édition, nous revenons sur  quelques  points connus de  certains d’entre vous, qu’on a trouvé légitimes, en se basant sur la création  dans la foulée de cette affaire de deux sociétés  et qui se sont vues attribuées des rôles dans la chaîne d’approvisionnement.   

 La réforme dans l’approvisionnement des produits péroliers au Togo, un alibi?

L’on se rappelle que  c’est dans  la foulée des écrits qui accablaient certains membres du Comité de Suivi des Fluctuations des  Prix des  Produits Pétroliers(CSFPPP) qu’il a été annoncé des réformes dans l’approvisionnement des produits pétroliers au Togo.

S’appuyant sur les  conclusions d’un soit disant audit du secteur pétrolier , unilatéralement commandité, il fallait proposer  ce qu’on pensait être la solution, parce que les conclusions intentionnellement devraient accabler sans surprise  certains ciblés à  dessein du CSFPPP, histoire de prouver que la démarche de réforme était  un impératif. Et la réforme choisie a été la création des sociétés Togo Negoce Pétrole(TNP) et  la  Société  Togolaise d’Intermédiation Pétrolière (STIP) pour suppléer les anciennes.

Revenons, à la « « réforme » du ministre du Commerce, Adedze Kodjo, dont il est question.  Certaines de nos publications accompagnées de documents avérés font  remarquer que la société, TOGO NEGOCE PETROLE (TNP), société  que  le ministre veut qu’elle soit « désormais  chargée de sécuriser les relâches  et paiements des produits pétroliers livrés par les « traders » dans le cadre des appels d’offres » est dans sa  composition,  en ce qui concerne son  conseil d’administration,  pleine des personnes qu’on dit être proches  du ministre et spécialement les sieurs Elom Komi Aziadekey, neveu du Ministre et Kovi Adanbounou un trèsproche de Kodzo Adedze. C’est là un fait parmi tant d’autres qui amène à des interrogations légitimes.  Si ce que  les  indiscrétions révèlent se trouve être vrai, où est alors le sérieux ? Est-ce là, la réforme? 

Par ailleurs, si  chacun de nous est d’avis  pour que  se fassent  des réformes pour avoir une  plus  grande   transparence  dans l’approvisionnement en produits  pétroliers au Togo,  comment se fait-il que ce soit   un simple  courrier du super ministre du commerce qui l’annonce  à un Trader?

Poursuivant notre questionnement, nous nous demandons de savoir pourquoi le ministre Adedze ne s’est-il pas appuyé sur un texte de loi comme un décret, un arrêté interministériel ou carrément une loi votée par l’Assemblée Nationale pour annoncer sa « réforme » ? 

Au-delà du courrier en question, il faut revenir aux références fiscales sur les documents de création de TOGO NEGOCE PETROLE (TNP) et de la SOCIÉTÉ TOGOLAISE D’INTERMÉDIATION PÉTROLIÈRE (STIP) pour savoir qu’il y a anguille sous roche.

En effet, lorsqu’on voit ces références,  le Numéro d’Identification Fiscale (NIF)  de la société TNP a été attribué le 30 Avril 2020,  soit plus d’un mois avant la publication le 9 Juin 2020 du premier article diffamatoire sur des allégations de malversations financières dans la commande de produits pétroliers au Togo.

Au regard de ce fait, on peut se poser la question de savoir  s’il n’y avait pas  des gens au Togo qui savaient, par mérite de devin ou d’un  supposé  esprit saint,à l’avance qu’il y aurait des publications dans la presse, et que le ministre du commerce annoncerait un audit qui serait suivi de « réformes » dont l’unique but serait de recommander la  société TNP comme acteur? 

En outre, ce qui est curieux, c’est  que  la date du début des activités de TNP mentionnée est le 24 Septembre 2020,  comme si par hasard quelqu’un était parfaitement et bien à l’avance informé qu’un mois plus tard,  soit le 24 Octobre 2020,  le Ministre du commerce Adedze Kodjo recevra le Rapport Provisoire d’Audit chez lui  et qu’à la grande surprise de tous,  ledit rapport sera  immédiatement diffusé sur les réseaux sociaux le lendemain qui était la veille d’une audience dans le cadre du procès pour diffamation  lié à l’approvisionnement en produits pétroliers.

En plus, s’agissant de  la seconde société, la SOCIÉTÉ TOGOLAISE D’INTERMÉDIATION PÉTROLIÈRE (STIP), il est remarqué  que  le  Numéro d’Identification Fiscale (NIF)  de la société TNP a été attribué le 09 Octobre 2020 avec pour date de début des activités ce même 9 Octobre 2020, soit juste 6 jours avant le 15 Octobre 2020,  date à laquelle l’inspecteur Général des finances a demandé   la fermeture du compte No 06426900169 appartenant au CSFPPP dans les livres de la BTCI. 

Eu égard à tout ce qui précède,  pourquoi ne pas penser que les responsables de  la  STIP auraient parfaitement connaissance et à l’avance du contenu du rapport provisoire d’Audit qui allait demander des réformes ?

 Nous ne le disons pas, mais, il nous semble que l’auteur des réformes, qui n’est autre que le ministre Adedze Kodjo,  n’a pas été vigilant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici