Gerry Taama au sujet des propos attribués à VIctoire Tomégah-Dogbé : « Non elle n’a pas dit ça… »

0
71

Après le passage de la Première ministre Victoire Tomégah-Dogbé devant les députés le mardi 14 septembre dernier, pour solliciter leur autorisation en vue de la prorogation de l’Etat d’urgence, une polémique s’est emparée au sein de l’opinion. Des propos visiblement sortis de leur contexte ont été attribués au premier ministre. Il s’agit des propos tendant à faire croire qu’on va adminstrer des vaccins périmés à la population. Et comme nous avons l’habitude au Togo, chacun a saisi la situation pour dire ce qu’il pense.

Gerry Taama, député de l’opposition parlementaire et ayant intervenu lors de ce passage de Victoire Tomégah-Dogbé, prend la défense de cette dernière, estimant qu’elle n’a pas dit ce qu’on tente de lui attribuer.

« Non, elle n’a pas dit ça », fait savoir Gerry Taama.

« Depuis 48h, circule sur les réseaux des propos qu’on prête au premier ministre Mme Dogbe, qui aurait dit qu’on administrera des vaccins périmés aux Togolais. Elle n’a jamais dit ça »,ecrit Le député qui fait savoir que la première ministre répondait plus à une de ses questions liée à l’imposition du pass sanitaire, alors que de toutes les façons, il n’y avait pas suffisamment de vaccins pour tout le monde.

« Elle répondait à l’une de mes questions liée à l’imposition du pass sanitaire alors que de toutes les façons, il n’y a pas suffisamment de vaccins pour tout le monde. Dans sa réponse, elle dit à peu près ceci:

« – le Togo dispose actuellement de stocks de vaccins qui vont au delà du millions de doses. D’autres stocks sont sont en cours d’acheminement car le pays en a commandé 4 millions, pour 20 milliards de francs. L’objectif du gouvernement est d’amener les populations à prendre ces vaccins car il n’y a pas d’autres solutions pour lutter contre le virus. Il n’est pas question d’acheter des vaccins et les jeter après, pour cause de péremption. Nous ne souhaitons pas jeter des vaccins parce que certains pays ont été obligés d’en jeter.. Nous ne pouvons plus continuer à faire la pédagogie comme vous le préconisez. Nous devons commencer par faire peur aux Togolais. Et depuis deux jours, on voit que la méthode marche. 20 000 personnes vaccinées rien que dans la journée précédente… » détaillé Gerry Taama qui résume ainsi les propos du premier ministre.

 » Donc rassurez vous, il est prévu 1 million de vaccins d’ici décembre et ils ne sont pas périmés. Le reste des 4 millions, ils ne peuvent pas être périmés, on ne les a pas », ajoute-t-il, toute en estimant que la communication gouvernementale, a été très mauvaise.
 » Le choix des mots est lugubre. On ne choisit pas de faire peur à nos compatriotes. C’est par la pédagogie, l’exemplarité et l’empathie qu’on suscite l’adhésion,et non la terreur. Jusqu’à preuve du contraire, nous sommes responsables de notre corps », écrit le député de l’opposition pour qui le débat contradictoire est tellement absent dans la sphère politique que beaucoup ont perdu l’habitude de répondre aux questions.

Gerry estime que pour cette raison le résultat, est presque qu’aucune de ses questions n’a trouvé de réponse.

 » La politique traditionnelle au Togo s’est souvent limitée aux vociferations, dans une cacophonie inaudible. Du coup, dès qu’on commence à structurer le débat et à poser des questions techniques, les repères explosent parfois. C’est sur cet aspect que l’opposition parlementaire de cette législature devrait se distinguer : sortir de l’émotion politicienne et adopter le rigorisme du débat contradictoire et technique », relève Gerry Taama.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici