Une Journée nationale du partenariat au Togo, pourquoi faire ?

0
890

L’environnement togolais des affaires est depuis un moment débarrassé des contraintes ou des facteurs rédhibitoires qui ralentissent le business sur le territoire. Maintenant les entrepreneurs ont le vent en poupe, travaillant main dans la main avec le gouvernement qui est convaincu des retombées socioéconomiques d’une collaboration franche entre les acteurs du secteur privé et public.

Les décideurs politiques n’écartent pas le secteur privé du processus de création et de redistribution de richesse. Au contraire, ils mettent en place les moyens qu’il faut pour booster leur contribution dans le développement national.

Une Journée pour le partenariat

C’est une nouvelle initiative : la Journée nationale du partenariat. La première édition organisée par le ministère de l’Économie et des Finances se veut un cadre de concertation entre le gouvernement et les opérateurs économiques.

Cette journée, symbole de solidarité entre État et acteurs privés, est l’espace rêvé d’écoute et d’échanges entre les parties, autrement dit un moyen de renforcement du partenariat entre l’État et le secteur privé. Il est attendu de ce dernier qu’il joue sa partition pour la réalisation des projets prioritaires de la feuille de route gouvernementale 2020-2025.

Un coup gagnant pour les affaires

Comme les autres stratégies existantes, la Journée du partenariat se montre bénéfique pour le secteur privé. Les petites, moyennes et grandes entreprises vont pouvoir s’appuyer sur les ressources mises à leur disposition pour la croissance, la création d’emplois et les innovations.

L’exécutif s’engage à les accompagner au mieux, à favoriser leur développement à travers une optimisation soutenue du climat des affaires, et continuer de construire une relation de confiance entre les entreprises et l’administration fiscale.

Le secteur privé est choyé

Aujourd’hui il existe plusieurs accords de partenariat public privé (PPP) qui représentent des opportunités réelles d’émergence. De ces ententes sont nées la Plateforme industrielle d’Adétikopé (PIA), la centrale thermique Kékéli Efficient Power, la centrale photovoltaïque de Blitta, la multiplication des entreprises et autres infrastructures socio collectives, etc.

Une autre preuve de cette collaboration vantée est l’octroi de 25% des marchés publics aux jeunes et femmes entrepreneurs, une mesure qui a permis en 2019 de verser plus de 30 milliards de francs CFA de marchés à la cible. La liste des actions est longue.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici