L’Arcep se fait grand en Afrique

0
1225

Le Togo travaille pour une régulation efficace des communications électroniques. À cette ère numérique en constante évolution partout dans le monde, le pays met en place, à travers l’Arcep, des mesures stratégiques visant à optimiser les rendements.

Les pouvoirs publics sont conscients des défis liés aux coûts de communication, aux offres Internet, à la cybersécurité, à la protection des données, etc. L’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (Arcep) joue un rôle fortement appréciable.

Ses missions

Elle est opérationnelle depuis 2020 et régule les marchés de communications électroniques et des postes dans un contexte de modernité et d’évolution technologique.

L’Arcep s’active donc à gérer et contrôler les opérateurs autorisés par le gouvernement pour établir et exploiter des réseaux et services ouverts au public. Au cours de l’année 2022, l’Arcep a participé au budget de l’État à hauteur de 4 milliards de francs CFA. Ce chiffre est en hausse par rapport à celui de l’année précédente qui est de 3,94 milliards de francs.

Son rôle de vigile dans le secteur lui permet de suivre toutes les anomalies et de procéder à des sanctions contre les opérateurs de téléphonie mobile qu’elle juge en faute ou non en conformité avec les objectifs de développement poursuivis par l’État.

Son centre de contrôle de la qualité de service (QoS) mis en place en 2021, lui permet de suivre les tendances et de formuler des approches aux opérateurs télécoms, entraînant une baisse des tarifs au Togo pour les services voix, data mobile ou la fibre optique.

Une importance très rapidement obtenue

L’Arcep fait un gros travail pour permettre aux utilisateurs ou abonnés des opérateurs de téléphonie mobile de profiter de bonnes offres et à moindre coût.

Le Togo va accueillir en 2024 une rencontre des régulateurs télécoms d’Afrique francophone. Il s’agit du 21e séminaire du Réseau francophone de la régulation des télécommunications (Fratel). L’événement est prévu pour le mois de mai 2024 et sera organisé par l’Arcep.

Il lui permettra de renforcer sa notoriété à l’international. Centrée autour du thème « Économie de la donnée et services numériques : quels enjeux de régulation technico-économiques », l’initiative permettra de mener des réflexions sur les enjeux de régulation technico-économiques de l’utilisation des données non personnelles du secteur public et des entreprises.

Le Fratel souligne qu’il sera aussi question d’aborder « les potentielles défaillances du marché du stockage de la donnée, les interventions publiques pour y remédier ainsi que sur les mesures réglementaires pour permettre l’émergence et le développement des services numériques, en particulier les paiements mobiles ».

L’Arcep a obtenu le 21 décembre 2023 la certification ISO 9001-2015 pour la qualité de son management.