Au Liberia, le sacre de George Weah

0
126

L’ancienne star du PSG et du Milan AC a été élue à la tête du pays toujours traumatisé par la guerre civile et Ebola.

George Weah aura longtemps attendu sa consécration. L’ancien footballeur que tous voyaient élu président du Liberia va savourer une large victoire annoncée jeudi soir par la commission électorale (plus de 60% des suffrages). Depuis le vote du 26 décembre, le suspens ne semblait pourtant pas énorme. Les résultats du premier tour, plus de 38 % des voix, l’avaient placé confortablement en tête devant son rival, Joseph Boakai, le vice-président sortant, un personnage falot entièrement résumé dans son surnom, «Sleepy Jo» (Jo l’endormi). La campagne a montré l’indéniable popularité de l’attaquant vedette.

Weah redoutait toujours les leçons du passé. Par deux fois, en 2005 comme candidat pour la présidence, puis en 2012 comme candidat au poste de vice-président, il avait mordu la poussière, sèchement battu par Ellen Johnson Sirleaf, première femme élue en Afrique, en dépit des logiques arithmétiques. La présidente, privée de candidature par la limite des mandats, laissera sans doute la place au titulaire d’un autre parcours hors norme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici