Faure Gnassingbé : ‘l’opposition n’a pas de leçon de démocratie et de respect des droits de l’homme à me donner’

0
133

Dans une interview accordée à Jeune Afrique à paraître ce dimanche, le président Faure Gnassingbé s’est officiellement prononcé sur la crise qui secoue son pays depuis le mois d’Aout.

Faure a ainsi livré sa lecture sur toutes les questions de l’actualité politique avec une clarté, un langage de vérité et un franc parlé.

‘J’ai pensé que la conquête et la préservation du pouvoir ne pouvaient pas tout autoriser qu’il y avait des lignes rouges à ne pas franchir. Pour moi, le respect de la vie humaine est sacré, absolument sacré. Or si les mots ont un sens, un dictateur sanguinaire est quelqu’un qui tue et qui tue en série. Je veux bien admettre que ceux qui profèrent ce genre d’insanités n’en mesurent pas la portée et je n’ai pas de leçon de démocratie et de respect des droits de l’homme à donner à l’opposition, mais cette opposition n’a pas plus de leçon à me donner en la matière’, déclare Faure Gnassingbé, avant d’ajouter, que la captation du pouvoir que cherchent ces adversaires avant le terme de son mandat actuel vise à ruiner la réputation du Togo auprès de la communauté internationale.

Pas d’arrangement politique, dixit Faure Gnassingbé

Il est possible de parvenir à une sortie de crise actuelle, estime le chef de l’Etat mais il est impossible de laisser de côté la constitution et les institutions pour se livrer à des arrangements politiques de circonstance, ajoute-t-il.

‘Avec le dialogue, qui permet de dépasser les slogans, le seul chemin praticable en démocratie, ce sont les élections. Les appels au soulèvement à l’insurrection et autres stratégies extralégales n’aboutiront qu’à nous faire perdre du temps , beaucoup de temps’, déclaré M. Gnassingbé.

Poursuivant, Faure Gnassingbé se déclare fier de son père Eyadéma.

‘Je suis le fils de Gnassingbé Eyadéma et j’en suis fier. Devrais-je changer de nom pour satisfaire certains ? Et lorsque j’entends mes pairs qui l’ont connu me parler de lui, avec admiration, pourquoi aurais-je honte du président Eyadéma.
Ce délit de patronyme n’a aucun sens par rapport aux transformations politiques, économiques et sociales que connait le Togo depuis 2005’

Pour finir sur cette question, Gnassingbé, dément les intentions prêtées à lui, de s’accrocher à tout prix au pouvoir.

Dialogue pour sortir de la crise ?

Oui. C’est la position de Faure Gnassingbé. Il y aura un dialogue et un référendum mais pas une conférence nationale bis, précise le président. Voilà qui est claire.

Dialogue, , tout le dialogue, rien que le dialogue. Le dialogue est un élément essentiel de notre société, répond-t-il à Jeune Afrique.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici