Le dialogue social dans le secteur CAFE-CACAO au centre d’une formation des acteurs au siège du CNP-Togo 

0
734

Une rencontre de formation sur le « dialogue social dans le secteur CAFE-CACAO » à l’initiative du Conseil national du patronat en collaboration avec du Comité de Coordination de la Filière Café-Cacao (CCFCC) et du Duth Employers Cooperation program (DECP) a débuté ce mardi 15 mars 2022 et prend fin le 17 mars au siège du Conseil national du patronat.

Les participants de la rencontre proviennent essentiellement de la Fédération des Unions de Producteurs de Café et Cacao du Togo, (FUPROCAT) le Syndicat Indépendant des Acheteurs de Café et Cacao du Togo(SIACCTO), le Conseil des Exportateurs de Café et Cacao (CECC)puis l’Association Togolaise des Transformateurs de Café et Cacao (ATCC).

On notait en en outre à la rencontre, les membres de l’ONG Avenir de l’environnement.

La présidente de l’Association des Femmes Chefs d’Entreprise du Togo (AFCET), Madame Valentine SAMA, représentant à l’occasion le président du CNP-Togo, a souhaité le bienvenu aux participants et a remercié vivement le Duth Employers Cooperation program pour son concours technique et financier pour la tenue de la formation.

Par ailleurs, elle a fait savoir que la formation s’inscrivait dans le cadre des activités renforcements de capacité à l’endroit des opérateurs économiques.

Prenant la parole, GOUTHON Enselme, le Secrétaire Général du CCFCC relève que lorsqu’on sait que le dialogue social dans notre secteur d’activité existe mais dans la plupart des cas dans un état embryonnaire, l’atelier de formation est d’autant plus utile qu’il va contribuer sensiblement au renforcement des capacités.

Il a également encouragé, l’ensemble des participants à veiller à tirer le meilleur avantage de cet atelier.

 Le Directeur du Dialogue Social parlant au nom du ministre Gilbert Bawara, relève que le dialogue social est un enjeu stratégique pour les entreprises et leurs salariés.

Le renforcement du dialogue social en entreprise répond donc à une double exigence, d’abord, une exigence démocratique puis une exigence d’efficacité économique, a-t-il ajouté.

Pour lui, la mise en place des structures et des processus d’un dialogue social fécond sont indispensables pour favoriser la paix et la stabilité ainsi que stimuler l’économie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici