Le Togo s’illustre dans la promotion des énergies renouvelables

0
289

Les effets indésirables du changement climatique contraignent les Etats à revoir leurs habitudes en matière de production de gaz à effets de serre, nuisibles à la couche d’ozone. Dans cette démarche visant à sauver la planète, le Togo, selon ses capacités, joue sa partition. Afin de relever les défis liés à l’insuffisance et la dépendance énergétique, le pays a opté pour l’utilisation des énergies renouvelables. 

Le Togo s’est entouré d’une exigeante politique d’accès à l’énergie qui vise à atteindre un taux d’accès des citoyens à l’électricité de 90% d’ici 2028. A court terme, le projet d’électrification rurale « Cizo » lancé en 2017, vise un accès massif à l’électricité par la fourniture des kits solaires individuels à des coûts abordables pour 02 millions de citoyens, soit 300 000 foyers environ.

Dans la composante sociale de « Cizo », il est prévu l’équipement de 800 centres de santé et 3 000 petites exploitations en kits solaires individuels ou d’irrigation. Afin d’assurer la pérennisation de la politique de promotion des énergies renouvelables ou énergies propres, 3 000 techniciens ont été formés à la maintenance de kits solaires via l’initiative « Cizo ».

La centrale photovoltaïque de Blitta et son apport

Inaugurée en juin 2021 par le chef de l’Etat Faure Gnassingbé, elle a coûté plus de 35 milliards de francs CFA et reste l’une des plus grandes centrales solaires en Afrique de l’Ouest. Le joyau de Blitta permettra au pays de franchir un palier dans son objectif ultime : la couverture électrique universelle à l’horizon 2030 et l’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique à 50%. Constituée de technologie traqueuse, permettant à ses 123 344 panneaux solaires de suivre le cours du soleil pendant la journée, la centrale de Blitta s’étend sur une superficie de 92 hectares et générera environ 92 255 MWh par an.

L’énergie et l’environnement

La centrale de Blitta ne représente aucun danger pour la nature. Au contraire, elle préservera l’environnement en économisant plus d’un million de tonnes d’émission de CO2 tout au long de sa durée de vie. Seulement 9% de l’énergie produite par la centrale est suffisante pour servir toute la préfecture de Blitta. Les 91% d’énergie restante sont profitables aux localités environnantes comme Sokodé, Kara, Atakpamé, etc.

L’infrastructure est capable d’alimenter plus de 158 000 ménages avec de l’énergie propre. La dynamique pour s’assurer une stabilité et une autonomie énergétique d’ici 2030 ne s’affaiblira pas de sitôt car il est annoncé la construction prochaine de 02 autres centrales solaires.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici