Les excuses de veille Economique suite aux ‘allégations erronées’

0
119

Le directeur de l’Organisme privé ‘Veille Economique’, Dodji Nettey Koumou, a présenté vendredi des ‘excuses’ à tout le monde pour n’avoir pas détecté la similitude des données du récent rapport de la banque française faisant état de l’exploitation par le Togo du pétrole.

Dans un message dont il était signataire et diffusé sur les réseaux sociaux, quelques jours plutôt, M. Koumou a affirmé, en se référant à un rapport de la banque française que le Togo exploite du pétrole depuis des années et les ristournes devraient atteindre des milliers de milliards de F Cfa.

Une information qui a déchainé un tollé de réactions et d’attaques de tous genres contre les gouvernants sur les réseaux sociaux.

Le paradoxe dans le message a été l’avis personnel que l’auteur de la révélation a exprimé, en affirmant en ces termes, ‘ Son excellence le Président de la République Faure Gnassingbé veut rester au pouvoir jusqu’en 2030. Sans présager de la capacité de production des puits en question, la progression actuelle mènera à 16 643 715 754 de barils soit 9 154 043 664 757 F Cfa, Dieu seul sait à quoi serviront ces ressources’.

Selon les données soulignées dans le message par veille Economique, ‘le Togo a produit en 2013, 9 140 000 barils, 6. 901 500 barils en 2014 , 10 735 100 barils en 2015 et en 2016, 15 425 900 barils’.

Difficile à vérifier d’autant plus qu’il y en existe une similitude des informations entre celles dans la monographie du Togo et de la Côte d’Ivoire induisant ainsi l’organisme togolais en erreur dans des interprétations.

Veille Economique, qui jouant sur la crédibilité des informations publiées par la Banque française a voulu se prêter le flanc du ‘grand informateur’. Ironie du sort!

Se faisant, il vient de présenter des excuses à tout le monde, précisant qu’ils n’ont donné, que des informations figurant exactement dans la partie consacrée au Togo. Il ajoute notamment poursuivre les investigations dans l’attente de confirmer ou infirmer cette erreur de la part de la banque.

‘Dès que nous aurons d’autres précisions nous vous tiendrons au courant’, souligne-t-il.

Vivement que veille économique aura, pour sa propre crédibilité à l’avenir beaucoup moins de passion dans la lecture d’un rapport de ce genre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici