Lomé Peace and Security Forum : Victoire Tomégah-Dogbé a ouvert les travaux

0
325

Le premier ministre, Victoire Tomégah-Dogbé a ouvert hier  samedi 21 octobre 2023, la 1ère édition du Lomé Peace and Security Forum (LPSF).

Cette rencontre de trois jours est placée sous le thème « comment renforcer les transitions politiques vers une gouvernance démocratique en Afrique ».

Elle réuni entre autres des représentants des gouvernements africains et d’ailleurs, des diplomates, des acteurs de la sécurité, des experts et chercheurs de haut niveau sur les questions de paix et de sécurité, des acteurs de la société civile, des médias, les organisations régionales et internationales, le monde des affaires et des organisations des jeunes et des femmes.

Selon Victoire Tomégah-Dogbé, Lomé Peace and Security Forum intervient au moment où l’humanité fait face à d’immenses défis de gouvernance de paix et de sécurité qui privent les pays de perspectives sereines de développement harmonieux entre autres les incertitudes politiques, les menaces sécuritaires ainsi que le vent des crises économiques et financières.

Elle a affirmé que ce forum se veut être une opportunité d’échanges éclairés et de réflexions partagées sur la nécessaire appropriation endogène de notre démarche collective de consolidation démocratique. « C’est un espace propice à l’éclosion de propositions pertinente, audacieuse et de réalisme « , a t-elle indiqué.

Allant dans le même sens, le ministre togolais des affaires étrangères, Prof Robert Dussey  a souligné que l’objectif de cette rencontre est de servir de cadre permanent de réflexion en vue de formuler les recommandations réalistes aux décideurs impliqués dans la gestion des crises politiques et securitaires du continent et de fournir un espace pour entreprendre le processus de dialogue et de médiation.

À la fin, une série de propositions et de recommandations pertinentes seront formulées par les participants. Celles-ci seront axées sur la consolidation de la paix, le renforcement du système de sécurité africain et de la gouvernance démocratique, la construction d’institutions fortes et de l’État de droit et une meilleure compréhension du rôle des organisations multilatérales dans le suivi des transitions politiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici