L’opposant Tikpi Atchadam a marqué le Togo et l’Afrique en 2017 selon RFI

0
123

Au Togo, l’opposant Tikpi Atchadam a réveillé la rue à la surprise générale.
Depuis les grandes mobilisations du mois d’août, il n’a cependant fait que trois apparitions publiques. « Il doit se protéger, il est devenu une cible », explique un de ses proches.

Tikpi Atchadam aime cultiver le mystère et communique beaucoup par de petites vidéos diffusées sur les réseaux sociaux qui font son succès. Sa popularité dépasse largement la communauté Tem et son fief de Sokodé dans le nord du Togo, où il a fondé son parti le Parti national panafricain (PNP) en 2014.

Les atouts de cet ancien fonctionnaire de 50 ans, juriste et anthropologue de formation : un esprit clair et pragmatique au discours construit, qui a choisi des mots d’ordre simples et rassembleurs pour mobiliser les mécontents.

« On ne l’a pas vu venir », reconnaît un proche du président togolais. Le pouvoir l’accuse de bénéficier de fonds saoudiens et de porter des relents identitaires et djihadistes. « C’est juste pour me mettre à dos la communauté internationale », répond Tikpi Atchadam.

Cette année, il a ravivé la flamme, obligeant l’opposition à sortir des sentiers battus. « En 2018 nous continuerons, jusqu’en 2020 s’il le faut, assure-t-il. Nous sommes légalistes et pour le dialogue mais nous resterons debout ».

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici