Manifestation à Sokodé, Bafilo, Agoe : le gouvernement condamne des ’attentats extrémistes’

0
218

Les violences enregistrées dans les villes de Sokodé, Bafilo, Kpalimé et Agoe, à l’issu de l’interpellation d’un imam et cadre du parti PNP (opposition), ont occasionné trois morts (deux militaires et un jeune) et une vingtaine de blessés, indique un communiqué du gouvernement.

L’interpellation, de Djobo Mohamed Alassani, l’imam en question, est intervenu, précise le communiqué officiel, en fin d’après midi du 16 octobre sur réquisition du Parquet et suite aux incitations, appels répétitifs à la violence, au meurtre et à la sédition de la part de cet imam.

Ce, malgré, le rappel à l’ordre effectué par les autorités judiciaires, exhortant les responsables politiques à s’abstenir de tout comportement susceptible d’exposer leurs auteurs aux poursuites pénales.

Au regard des agissements de l’imam Djobo Mohamed Alassani, de multiples démarches ont été entreprises par des responsables religieux de confession musulmane pour l’amener à s’abstenir des prêches appelant à la violence. Que du nenni !

Dans la foulée, des bandes organisées et structurées se sont livrées à des actes de violence inouïe, de pillage, de vandalisme et de destruction de biens publics et privés à Sokodé, Bafilo et dans certains quartiers de Lomé. A Sokodé, deux militaires en faction au domicile d’une personnalité ont été lynchés et exécutés et leurs armes et munitions ont été emportées. Un jeune a également trouvé la mort et une vingtaine de blessés enregistrée parmi les civils et les forces de sécurité, déplore le gouvernement, pour qui, ‘ces actes à visée terroriste, tendent notamment à déstabiliser les institutions de l’Etat et à semer la terreur au sein de la population. Ils nuisent gravement à la cohésion et à la paix sociale et portent atteinte à l’unité nationale’.

Tout tant présentant ses condoléances aux familles éplorées, exprimé sa compassion et ses vœux de prompt rétablissement aux blessés, le gouvernement condamne fermement ces attentats extrémistes qui menacent gravement la paix publique, et la coexistence pacifique dans le pays.

Les auteurs et les commanditaires de ces actes qui ne visent qu’à compromettre l’unité nationale, seront recherchés et poursuivis conformément à la loi, rassure-t-il, promettant prendre toutes les dispositions appropriées pour assurer la sécurité sur toute l’étendue du territoire national.

Enfin, le gouvernement appelle les populations à la retenue et au calme.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici