Rentrée diplomatique 2023-2024 au Togo: Les transitions démocratiques en Afrique au menu

0
347

Une conférence inaugurale a marqué le lundi 11 septembre 2023 à Lomé, le début de la rentrée diplomatique 2023-2024.

Cette initiative du ministère des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des togolais de l’extérieur a pour thème « les transitions démocratiques en Afrique entre rêves et réalité »

Ce thème choisi par Joseph Kokou Koffigoh, le conférencier est selon le ministre des affaires étrangères, de l’intégration régionale et des togolais de l’extérieur, Pr Robert Dussey, d’actualité.

« Ce thème nous interpelle sur le destin et le devenir des transitions politiques en Afrique. Quelles promesses non tenues des transitions démocratiques africaines, avions-nous peut-être sous-estimés les incertitudes propres à toute transition. Je crois qu’il n’y a pas de commentaire à faire « , a souligné Robert Dusseh.

Il a également fait savoir que la rentrée diplomatique est devenue une tradition qui offre au Togo, chaque mois de septembre,  l’occasion de réaffirmer ses engagements au services d’une communauté Ouest Africaine pacifique, d’une Afrique moins vulnérable aux chocs, stable, unie, forte et d’un monde plus juste et équitable.

Selon Joseph Kokou Koffigoh, la transition doit s’appréhender ou s’apprécier comme une régence et sa première caractéristique est d’être éphémère.

 » La régence doit être éphémère. La transition doit être courte sinon elle s’apparente à une confiscation du pouvoir. La durée sera fonction de la situation de chaque pays. Un an c’est le minimum et 3 ans, le maximum « , a affirmé le conférencier.

Il a également ajouté que la transition doit viser à restaurer l’ordre constitutionnel par des élections libres et transparentes. Pour ce faire souligne t-il, « elle doit à travers des commissions techniques, créer, ajuster ou toiletter le cadre juridique et politique des élections. Il faut enlever et jeter tout ce qui est générateur de conflit ».

Par ailleurs, Joseph Kokou Koffigoh a souligné que les changements non-démocratiques sont sans doute les conséquences d’une mauvaise gouvernance des dirigeants élus. Cependant, il a indiqué que ces changements ne constituent pas une solution aux problèmes du continent.

Le conférencier a donc appelé les dirigeants à prendre en compte les aspirations de leurs peuples afin de garantir une paix durable sur le continent.

Rachel D.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici