Togo/ Approvisionnement en produits pétroliers: QUE CACHE LA LETTRE DU MINISTRE ADÉDZÉ ADRESSÉE AU DIRECTEUR AFRIQUE DE VITOL S.A ?

0
106

Un présumé détournement de plusieurs centaines de milliards de FCFA dans la commande des produits pétroliers au Togo, fait débat depuis plusieurs mois. Un dossier qui a intéressé notre rédaction et pour lequel, nous avons produit plusieurs articles, en vue d’éclairer nos lecteurs. Poursuivant nos investigations dans le même dossier, nous sommes tombés sur une correspondance récente du ministre du commerce, de l’industrie et de la consommation locale, Kodjo ADEDZE, adressée au directeur Afrique de la Société VITOL SA, l’informant d’une réforme du secteur de l’approvisionnement en produits pétroliers au Togo.

Cette correspondance du ministre, qui indique que « la Société Togo Négoce Pétrole(TNP), est désormais chargée de sécuriser les relâches et paiements des produits pétroliers livrés par des « Traders » dans le cadre des appels d’offres », étonne, lorsqu’on sait que le sujet relatif à la commande des produits pétroliers au Togo est actuellement pendant devant la justice et qu’il n’a pas laissé du tout indifférent le gouvernement, allusions aux sorties médiatiques des Ministres BAWARA et TRIMUA qui loin de confirmer ce que les auditeurs de l’IGF ont relevé dans leur rapport d’audit provisoire, l’avaient plutôt ridiculisé dans les règles de l’art et en toute franchise. Des sorties qui naturellement avaient fait mal, très mal à ceux qui soutenaient et voulaient endoctriner l’opinion sur ce qui n’était pas du tout.

A la lecture attentive de cette correspondance, la première question qui nous vient à l’esprit est celle-ci : quand est-ce que la réforme dont parle le ministre a-t-elle été opérée ? Et par qui ? Lui ou le Gouvernement ?

On se rappelle que l’audit qui a été commandité par le ministre, en lieu et place d’une « mission de contrôle et de réconciliation des données », voulu par le gouvernement, a été sujet à polémiques, et le rapport n’a pas été considéré. Le ministre Trimua, a eu à le signifier clairement, dans l’une de ses sorties, en indiquant, qu’à l’étape actuelle du rapport provisoire produit par les inspecteurs de l’inspection générale des finances (IGF), le gouvernement « n’en tirera aucune conséquence ». La raison, le porte-parole du gouvernement l’a également souligné. Trop d’irrégularités relevées dans le travail des inspecteurs et un travail à charge de personnalités que l’on n’a même pas écoutées.

« Le rapport n’a pas été fait dans les conditions acceptables, et naturellement, le gouvernement, n’en tirera aucune conclusion à l’étape actuelle », a fait savoir le porte- parole du gouvernement, le ministre TRIMUA.

Alors qu’on s’attend à ce que cette affaire soit clarifiée aussi bien par le gouvernement qui devrait donner une suite de sa position (puisque le ministre TRIMUA l’a promis), mais aussi par la justice qui doit se prononcer le 08 juillet prochain, et ce, après plusieurs reports en appel, voici que le ministre du commerce, qui est l’acteur essentiel dans cette affaire (puisqu’on parle d’un détournement de 500 milliards dans un département qu’il dirige à la suite de plusieurs ministres et premier ministres), a trouvé utile d’envoyer une correspondance à la société VITOL S.A.

Pour rappel : dans cette affaire, le directeur de publication du bihebdomadaire Alternative et son journal ont été condamnée en première instance à payer la somme de 6 millions fcfa au coordonnateur du Comité Suivi des Fluctuations des Prix des Produits Pétroliers, M. Fabrice Adjakly, comme dommages et intérêts, la justice estime que les informations publiées l’ont été sans preuve. Et n’ayant pas été satisfait de la décision, le conseil du directeur de l’Alternative et son journal ont interjeté appel)

Qu’est ce qui pressait tant le Ministre Adedze Kodjo alors que ni le Gouvernement dont il est membre ni la justice n’ont encore vu clair dans cette affaire ? Pourquoi ne pas attendre que l’affaire soit tirée au clair avant une telle démarche ? Cette démarche du ministre du commerce, est-elle, celle du gouvernement ? Une fuite en avant du ministre ? Et si oui, pour quelles raisons ? Que vient faire Monsieur Kovi ADANBOUNOU, maire de la commune d’Agoè-Nyivé 1 et directeur Général d’ANTASER dans la sécurisation des fonds des traders ?

Toutefois ces questions demeurent si on sait également que depuis le début de cette affaire que d’aucuns ont qualifié dans l’opinion de « fake news à la puissance giga » ou « de dossier monté de toutes pièces dans l’intention de nuire à des personnes ciblées à dessein », le premier concerné le Ministre Adedze Kodjo s’est abstenu de piper mot officiellement sauf devant Caroline CHAUVET correspondante de TV5 monde à qui il aurait semble-t-il déclaré, le 06 avril dans son bureau au ministère, que cette histoire a été inventé, et que lui n’a pas demandé d’audit mais que c’est Sani YAYA et ses envoyés de l’IGF qui en sont à l’origine.

Voilà donc quelques questions qui nous viennent à l’esprit, lorsque l’on voit la manière cavalière avec laquelle, le ministre a adressé sa correspondance au directeur Afrique de la société VITOL.

Par ailleurs, il y a lieu de se demander à quand remonte la date du lancement de l’appel d’offres qui a conduit le ministre du commerce à retenir la Société Togo Négoce Pétrole (TNP), pour effectuer désormais le service approvisionnement des produits pétroliers au Togo ?

Est-ce dans les attributions du ministre Adedze de choisir à la place des traders leur garantie financière sachant que le Gouvernement qu’il représente n’a prévu aucune ligne dans son budget pour l’achat des produits pétroliers comme l’a confirmé le Ministre Bawara ?

Pour l’instant, nous n’allons pas tirer de conclusion. Mais nous laissons chacun faire ses analyses. Avec honnêteté et sans préjugés, que chacun fasse la part des choses dans cette affaire qui tient en haleine les Togolais depuis plusieurs mois.

Depuis le début de cette affaire, des informations, selon lesquelles, le ministre Adédzé envisagerait la création d’une société de contrôle de la commande des produits pétroliers, ont circulé. Vrai ou faux, l’on ne saura le dire, n’ayant pas pour l’instant les preuves. Mais toujours est-il que, l’information existe et beaucoup en parlent. Mais l’avenir nous en dira un peu plus.

Nous y reviendrons

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici