Togo-Manifestation d’une partie de l’opposition : Rien à signaler, Lomé a  vécu  à son  rythme habituel

0
311

La manifestation à laquelle a convié une partie de l’opposition togolaise ce vendredi 12 avril 2024, a viré au fiasco. En tout cas, c’est le constat qu’on pouvait faire à la mi – journée à Lomé.

Que ce soit dans les rues de Lomé,  ou sur les lieux où les rassemblements devraient se faire, l’ambiance était comme d’habitude et les populations vaquaient librement à leurs occupations.

Déjà tôt ce matin, les forces de l’ordre et de sécurité se sont positionnées dans le quartier Bè où le rassemblement devrait se faire,  afin de protéger les loméens et autres commerçantes et commerçants qui voulaient aller à leur lieu de travail, mais aussi protéger les biens des citoyens qui ont choisi de  vaquer à leur occupations.   

Il faut rappeler que les manifestations projetées pour commencer depuis hier 11 avril 2024 avait été interdites par le ministre de l’administration territoriale qui avait constaté un défaut dans le respect du délai requis pour informer de la manifestation.  Dans la journée de jeudi, lors d’une conférence de presse tenue par les organisateurs de la marche, il a  été décidé de décaler la marche pour ce vendredi 12 avril. Mais le constat est fait que la population n’a pas répondu à cet appel à manifester.

L’échec de cette marche, réside dans la lassitude dans laquelle se trouvent aujourd’hui les togolais avec une opposition qui fait dans l’amateurisme. Face à certains précédents, la confiance entre responsables de l’opposition n’est plus de mise. Ce que l’on voit depuis le vote du texte de loi de la constitution, n’est qu’une entente apparente.  

Une opposition prise entre deux feux…

 Que fera l’opposition marcheuse ? La question vaut tout son pesant d’or. Car, le mardi, le conseil des ministres a fixé la date du 29 avril 2024 pour le vote du double scrutin, législatif et régional, avec une campagne électorale qui va démarrer le samedi 13 avril 2024 à 0h. C’est-dire combien, l’opposition togolaise, si elle ne prend garde risque de ne pas disposer assez de temps pour battre campagne. Alors que’ au même moment, le parti au pouvoir s’apprête à descendre dans l’arène pour mobiliser les électeurs.

Pour rappel, les organisateurs de la manifestation, disent vouloir protester contre le vote par l’assemblée nationale le 25 mars dernier, d’une la nouvelle constitution qui fait passer le Togo, d’un régime semi- présidentiel à un régime parlementaire, afin de donner plus de pouvoir à l’assemblée nationale. Le chef de l’Etat dans un esprit d’ouverture, et au vu de l’intérêt manifesté par les populations pour cette nouvelle constitution, a  dû renvoyer le texte pour une seconde  lecture, tout en demandant à l’assemblée nationale de procéder à une large consultation. Ce qui a été fait toute la semaine dernière et qui a permis à la population, non seulement de comprendre le bien fondé de la démarche des députés  qui ont fait la proposition de loi, mais aussi,  aux  populations de procéder à des contributions qui pourraient amener à retoucher le texte.

D’après les informations,  seule le CAR( le Comité d’Action pour le Renouveau) a répondu à l’invitation pour les consultations.