Togo :  Mobilisation  des moyens pour une agriculture irriguée

0
381

Les effets néfastes du changement climatique compromettent l’agriculture. La formule, simple mais efficace, trouvée par l’Etat togolais pour endiguer le mal est la stimulation des investissements dans la maitrise de l’eau et dans les ouvrages d’irrigation.

La sécurité alimentaire dépend des moyens adaptés employés. Justement, la feuille de route gouvernementale Togo 2025 arbore des actions qui peuvent faire de l’agriculture un véritable moteur de croissance, de création d’emplois et de réduction des vulnérabilités.

Des terres prospères

De grands projets d’amélioration de l’état des terres sont mis en place dans des localités, à commencer par les travaux d’aménagement de bas-fonds. En tout, 2 125 ha de terres ont été aménagées sur le territoire pour soutenir les productions rizicoles et maraîchères. En avril 2018 à Djagblé, un projet a été lancé pour doter le canton d’infrastructures socioéconomiques de base.

Grâce à celui-ci, 340 ha de terres ont été aménagées, irriguées et mises en exploitation. Le Projet de développement rural de la plaine de Djagblé (PDRD) est évalué à plus de 9,5 milliards de francs CFA. Un autre projet visant à irriguer 500 ha de terres est en cours dans une cinquantaine de Zones d’aménagements agricole planifiées (Zaap).

Fourniture d’équipements

En 2020, le gouvernement a déployé 15 000 kits d’irrigation dans les plantations en zone rurale. Chaque kit installé équivaut à 1,3 million de francs CFA.  Par ailleurs, 2 500 kits à pompage solaire subventionnés à 50% par l’Etat ont été mis à disposition des petits producteurs pour le maraichage de 2 500 ha au titre de la campagne 2021-2022. Comme plan d’avenir, l’Etat veut déployer plus de 40 000 kits d’irrigation en faveur des producteurs.

Autres moyens utilisés

En dehors des projets sus listés, le pays s’est lancé dans la production des tuyaux d’irrigation à grande échelle. En collaborant avec Africaplastic, spécialiste en fabrication de tuyaux plastics, le Togo compte augmenter les rendements agricoles en réduisant l’impact climatique négatif.

Avec le programme de crédit digital à taux zéro « Yolim », le subventionnement d’engrais à travers la solution de portemonnaie électronique AgriPME, le projet de fertilisation des cultures « Fertitogo », la mise à disposition des intrants, la création des Zaap, l’octroi des crédits et la facilitation de l’accès aux financements, l’exonération des taxes d’importation des matériels agricoles, etc. sont d’autres mesures en vigueur qui changent la vie des acteurs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici